« Les réfugiates » de Roger Piva

Plusieurs semaines que je ne suis pas venue vous parler de livres et je m’en excuse. Les choses bougent beaucoup dans ma vie personnelle et du coup le temps me manque cruellement.

Aujourd’hui je vais vous parler d’un roman autobiographique, l’adolescence de Roger Piva qui devint malgré lui un « réfugiate »; c’est comme cela que l’on appelait les personnes ayant fui la Lorraine pour ne pas prendre la nationalité allemande.

Lire la suite

« Terminus Elicius » de Karine Giebel

Je vais vous présenter aujourd’hui une lecture que j’ai beaucoup aimé. Ce livre m ‘a fait penser au roman « La fille du train » de Paula Hawkins: une jeune femme dans un train, une jeune femme perdue et cherchant un sens à sa vie…

Quatrième de couverture:

« Ma chère Jeanne, 

J’aimerais que vous m’aimiez comme je vous aime. Mais, pour m’aimer, il vous faut me connaître. Savoir ce que je suis…

Lire la suite

« Les Mille Talents d’Euridice Gusmao » de Martha Batalha

Rien qu’à la couverture; j’ai eu envie de me plonger dans cette histoire.  Une histoire de femmes, des femmes en pleines expansions, en désir de reconnaissance, prête à se battre contre les préjugés pour s’affirmer. Une belle histoire que celle d’Euridice et des femmes qui l’entourent.

Quatrième de couverture:

« Responsable de l’augmentation de 100% du noyau familial en moins de deux ans, Euridice décida de se désinvestir de l’aspect physique de ses devoirs matrimoniaux.

Lire la suite

« Dérapage » de David Desgouilles

Reçu le mois dernier par les Editions du Rocher, cela faisait un moment que ce roman me faisait de l’œil. Le thème me plaisait beaucoup et j’avais hâte de découvrir ce que renfermait cette fiction.

Quatrième de couverture:

« Lors d’un débat télévisé, le chroniqueur Stéphane Letourneur, croyant son micro coupé, adresse une remarque graveleuse à une femme politique. Cruelle erreur! La meute des internautes  Lire la suite

« Je l’ai fait pour toi » de Laurent Scalèse

9782714473165

 

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un roman de Laurent Scalèse. Un auteur que je ne connaissais pas et qui nous démontre que le crime parfait n’existe pas.

Quatrième de couverture:

  Première loi:

le crime parfait n’existe pas. 

Deuxième loi:

le criminel parfait n’existe pas.

Troisième loi:

l’enquêteur doit donc concentrer ses efforts non pas sur le crime, mais sur le criminel.

  Bienvenue à Lazillac-sur-Mer, dans l’univers du commandant Samuel Moss dont les armes sont le charme, la séduction et l’art du détail: rien ne lui échappe, que ce soit sur une scène de crime ou au quotidien. 

  Cette histoire débute quand la romancière à succès Jade Gravier est retrouvée morte chez elle, dans son bureau, suicidée. Après avoir inspecté les lieux à sa façon, Samuel Moss conclut qu’il ne s’agit pas d’un suicide mais d’un homicide, dont il identifie immédiatement le coupable. 

  Le plus compliqué, maintenant, pour Samuel Moss, est de comprendre comment le meurtrier a procédé et de prouver sa culpabilité, avec élégance bien sûr, et surtout sans salir ses nouvelles chaussures sur la plage de Lazillac…

Lire la suite

« Les fiancés de l’hiver, la passe-miroir, livre 1 » de Christelle Dabos

81yy6fdhtjl

 

On m’a prêté ce livre il y a quelque temps et je l’ai dévoré. Parler de littérature avec mes patients m’apporte des échanges incroyables et je n’aurai sûrement pas lu ce roman si ma patiente ne m’en avait pas parlé avec des étoiles plein les yeux 😉  J’en avais pourtant entendu parlé sur les autres blogs et je suis ravie d’avoir découvert l’univers de Christelle Dabos.

Quatrième de couverture:

« Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers: elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’arche d’Anima quand on la fiance à Thorn du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citadelle, capitale flottante du Pôle. A quelle fin a-t-elle été choisie? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel.  »

Lire la suite

« La fille du train » de Paula Hawkins

41irzxax2vl-_sx314_bo1204203200_

 

Premier roman  de Paula Hawkins, adapté récemment au cinéma, ce roman est incroyable! Un thriller haletant comme je les adore, pleins de suspens jusqu’au bout. Des personnages intrigants et secrets, des révélations à faire peur, un vrai bijou.

Quatrième de couverture:

« Entre la banlieue où elle habite et Londres, Rachel prend le train deux fois par jour: le 8h04 le matin, le 17h56 le soir. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe, lors d’un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée. Cette maison, elle la connait par coeur, elle a même donné un nom à ses occupants, qu’elle voit derrière la vitre. Pour elle, ils sont Jason et Jess. Un  couple qu’elle imagine parfait. Heureux, comme Rachel  et son mari ont pu l’être par le passé, juste un couple qui s’aime. Jusqu’à ce matin où Rachel voit Jess dans son jardin avec un autre homme que Jason. Que se passe-t-il? Jess tromperait-elle son mari? Rachel, bouleversée de voir ainsi son couple modèle risquer de se désintégrer comme le sien, décide d’en savoir plus sur Jess et Jason. Quelques jours plus tard, c’est avec stupeur qu’elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell, a mystérieusement disparu… »

Lire la suite

« Les contes défaits » d’Oscar Lalo

les-contes-defaits

Je vais vous parler aujourd’hui du premier roman d’Oscar Lalo. Un roman qui dérange de par son sujet mais sans que ce dernier ne soit mentionné. Des insinuations claires, des enfants terrorisés, Oscar Lalo maîtrise parfaitement l’art de l’indicible.

Quatrième de couverture:

« Peau d’âne, noire neige, le petit poussé…Il était zéro fois… C’est ainsi que commence les contes défaits.

L’histoire est celle d’un enfant et de l’adulte qu’il ne pourra pas devenir.

Je suis sans fondations. Ils m’ont bâti sur du néant. Je suis un locataire du vide, insondable et sans nom, qui m’empêche de mettre le mien. La page reste blanche car tout ce qui s’y inscrit s »évapore.

Sans rien dire jamais de ce qui ne se montre pas, loin de la honte et de la négation, Oscar Lalo convoque avec ses propres mots, pourtant universels, la langue sublime du silence…

Et c’est en écrivant l’indicible avec ce premier roman qu’il est entré de façon magistrale en littérature. »

Lire la suite

« Mourir au printemps » de Ralf Rothmann

mourir-au-printemps

 

Un roman historique aujourd’hui qui nous parle de deux jeunes amis allemands forcés d’intégrer les troupes SS contre leur volonté. Une lutte pour la survie, pour l’amitié et pour la vie.

Quatrième de couverture:

« Allemagne, 1945. Alors que la défaite allemande semble imminente, Walter et Fiete, deux amis de dix-sept ans, se retrouvent enrôlés de force par les SS et envoyés en Hongrie. Le premier est affecté au ravitaillement, mais le second, moins chanceux, est envoyé directement sur le front. 

  Walter, qui a sauvé la vie du fils d’un général, se voit accorder quelques jours de permission afin de retrouver la tombe de son père. A son retour, il apprend que Fiete, arrêté après une tentative de désertion, vient d’être condamné à mort. Et son officier supérieur, qui trouve là un plaisir sadique, lui confie la terrible tâche d’exécuter son meilleur ami…

  A travers le regard de Walter, nous suivons ce printemps de la défaite du côté allemand, point de vue inédit qui met des mots sur l’horreur et la folie de cette fin de guerre apocalyptique. Ralf Rothmann donne ainsi la parole à une génération sacrifiée et fait de la question du père l’axe central du roman: que transmettent à leurs fils ces hommes qui ont vécu la guerre? »

Lire la suite