Le mystère de Noël de Mary et Carol Higgins Clark

Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas lu de livre de Mary Higgins Clark et comme avec le défi de Noël de Mia je devais lire un livre dont le titre contenait le mot Noël, je me suis laissée tenter par ce livre.

Mary et Carol  Higgins Clark regroupent ici leurs personnages dans une enquête en pleine magie de Noël.

Cinq collègues de travail gagnent à la loterie 160 millions de dollars. La moitié du gain, l’autre moitié ayant été gagnée par deux escrocs ayant joué les numéros de Duncan, un des cinq collègues en question leur ayant dévoilé les numéros qu’ils jouaient chaque semaine et qu’ils ont arnaqué dans une histoire de puits de pétrole.

Voulant se venger, Duncan vole le billet gagnant de ses deux tenanciers mais ces derniers décident de trouver une solution pour le faire chanter.

Se retrouvant par hasard face à Fleur, la petite amie de Duncan venue lui faire une surprise pour Noël, qui a malencontreusement pris connaissance de leurs diverses escroqueries, ils décident alors de la kidnapper avec l’aide de deux autres malfrats.

Duncan aidé par deux détectives privés et un chargé d’enquête va tenter de retrouver Fleur et de la sauver de ce mauvais pas.

Au milieu de l’effervescence et des préparatifs de Noël, l’intrigue de la disparition de Fleur et la découverte d’une mystèrieuse bague nous donnent envie d’arriver vite à la fin du roman pour connaître le dénouement.

L’intrigue est bien ficelée mais malgré tout, je dois avouer que j’ai tout de suite deviné ce qui allait se passer, l’intrigue des personnages et le dénouement de l’histoire.

J’ai cependant passé un bon moment de lecture et je me suis imaginée très vite parcourant les rues au côtés des personnages pour tenter de résoudre l’enquête.

Bonne lecture!

Mon meilleur passage:

 » On lisait mal les numéros dans la lumière tamisée. Marion se pencha en avant, s’efforçant de déchiffrer les chiffres du numéro complémentaire. Un son rauque sembla émaner du tréfonds de son être. « Sainte mère de Dieu! s’exclama-t-elle enfin en faisant un bond en l’air, agitant le billet. On a gagné!On a gagné!! »

Lu dans le cadre du défi de Noël organisé par Mia

et pour le challenge thriller de cynthia

Publicités

Une relation dangereuse de Douglas Kennedy

J’adore, lorsque je vais faire mes séances de rééducation à domicile, jeter un rapide coup d’œil sur les étagères des bibliothèques de mes patients surtout lorsque je sais qu’ils sont aussi passionnés que moi par la lecture.

C’est donc nonchalamment que j’ai erré devant la bibliothèque d’une de mes patientes la semaine dernière et lorsque j’ai vu ce livre, je lui ai tout de suite demandé si elle l’avait aimé. J’avais beaucoup entendu parlé de Douglas Kennedy sans avoir encore eu l’opportunité de le lire. Elle me la prêté spontanément en m’en disant le plus grand bien.

La quatrième de couverture était prometteuse d’ailleurs. Les extraits des commentaires du Parisien et du Figaro qualifiant le roman de «  féroce » et de «  roman au suspens décoiffant » n’ont qu’accentué mon envie de dévorer ce livre.

Et je peux à mon tour vous livrer mon avis qui est des plus positifs.

Le suspens est «  décoiffant » effectivement quoi que n’arrivant pas tout de suite.

Sally et Tony sont tous deux journalistes respectivement au Boston Post et au Chronicle. Ils se rencontrent au Caire où ils résident tous deux et une relation intime s’instaure très vite entre eux.

Les évènements, à savoir une grossesse imprévue chez Sally et une mutation de Tony à Londres, vont précipiter leur engagement et c’est seulement quelques semaines après leur rencontre qu’ils se marient au beau milieu des tumultes du Moyen-Orient.

La vie rêvée qu’ils s’étaient imaginés en Angleterre va malheureusement vite se transformer en cauchemar, d’une part à cause du comportement de Tony de plus en plus froid et d’autre part par la difficulté qu’à Sally à se sentir chez elle dans ce nouveau pays qui n’est pas le sien.

S’en suivent un accouchement difficile et une très forte dépression post-natale chez Sally. La sensation de perdre pieds, la culpabilité et la honte vont envahir cette femme en mal d’amour de son mari qui, avec ses absences du lit conjugal de plus en plus fréquentes ne fait qu’accentuer le mal être de sa femme.

Une hospitalisation de deux mois en service de psychiatrie va s’avérer nécessaire mais grâce aux professionnels et à une bonne dose d’antidépresseur, Sally va peu à peu refaire surface et pouvoir s’occuper de son fils, Jack.

Mais c’est sans compter sur le pire que va lui faire subir son mari…

Après un choc et une trahison plus que violente, Sally se retrouve dans les méandres de la justice anglaise pour tenter de retrouver ses droits et de convaincre un juge de son bon état mental.

Un livre plein de rebondissements et de compassion envers cette femme à l’honneur bafoué, un livre qui nous fait mieux comprendre l’enfer que peuvent vivre ces femmes lors de dépressions post-natales, un livre sur le soutien et l’entraide que je ne suis pas prête d’oublier.

J’aimerai vous en dire plus car cette histoire m’a laissée sans voix et j’ai rarement été absorbée à ce point par un roman mais vous en révéler davantage ne ferait que vous gâcher le meilleur de ce livre.

Mon meilleur passage :

«  Une brévissime inclinaison de la tête et déjà il se retournait. J’avais du mal à le regarder, moi aussi, mais une image s’est soudain surimposée à la scène dans mon esprit : Tony Hobbs assis sur le plancher de l’hélicoptère de la Croix-Rouge dans lequel je venais de grimper, en Somalie, ses lèvres ébauchant un sourire engageant à mon intention, auquel j’avais répondu…Tout avait commencé ainsi et nous avait conduits sur le perron d’un tribunal, entourés par nos avocats respectifs, incapables de nous regarder dans les yeux ».