« Je l’ai fait pour toi » de Laurent Scalèse

9782714473165

 

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un roman de Laurent Scalèse. Un auteur que je ne connaissais pas et qui nous démontre que le crime parfait n’existe pas.

Quatrième de couverture:

  Première loi:

le crime parfait n’existe pas. 

Deuxième loi:

le criminel parfait n’existe pas.

Troisième loi:

l’enquêteur doit donc concentrer ses efforts non pas sur le crime, mais sur le criminel.

  Bienvenue à Lazillac-sur-Mer, dans l’univers du commandant Samuel Moss dont les armes sont le charme, la séduction et l’art du détail: rien ne lui échappe, que ce soit sur une scène de crime ou au quotidien. 

  Cette histoire débute quand la romancière à succès Jade Gravier est retrouvée morte chez elle, dans son bureau, suicidée. Après avoir inspecté les lieux à sa façon, Samuel Moss conclut qu’il ne s’agit pas d’un suicide mais d’un homicide, dont il identifie immédiatement le coupable. 

  Le plus compliqué, maintenant, pour Samuel Moss, est de comprendre comment le meurtrier a procédé et de prouver sa culpabilité, avec élégance bien sûr, et surtout sans salir ses nouvelles chaussures sur la plage de Lazillac…

Lire la suite

« Gorilla Man » de Robert Graysmith

gorilla-men-9782207123898_0

 

Bienvenue dans l’histoire de « la véritable traque d’un des premiers serial killers américains ».

Un roman à la fois captivant sur le récit de cette traque au meurtrier « Gorille » mais que j’ai malheureusement aussi trouvé ennuyeux par moment car débordant de détails et le récit parallèle de la corruption policière à cette époque a, pour moi, malheureusement alourdi le récit.

Quatrième de couverture:

« Entre 1926 à 1930, dans une douzaine de villes à travers les Etats-Unis, un homme aux longs bras de gorille et au rire nerveux étrangle ses victimes avant de les disséquer au rasoir dans un simulacre d’autopsie. Prédicateur à ses heures, il parcourt le pays, une bible à la main. Il est le premier tueur en série errant que la nation ait connu, Des années plus tard, des crimes identiques sont commis à San Francisco, là précisément où tout avait commencé…

Alors que les docks noyés de brume sont le théâtre d’émeutes meurtrières, le « Gorille », ainsi que la presse le désigne, hante toujours les pensées du capitaine Charles Dullea, un des rares flics honnêtes d’une ville gangrenée par la corruption. Confronté à ces crimes inédits, assisté par une police scientifique en pleine évolution, Dullea va devoir modifier ses façons de penser et de faire pour résoudre l’énigme de ce puzzle sanglant, tandis qu’à Cleveland un certain Eliot Ness s’est lancé sur la piste d’un autre « Gorilla Man »…

A travers le récit hypnotique de la traque d’un des premiers serial killers modernes, l’auteur de Zodiac poursuit son exploration de la face sombre et violente de l’Amérique. »

Mon avis:

Cette traque de serial killer est passionnante. On découvre les meurtres au fil des années, tous plus horribles les uns que les autres. Des femmes assassinées, autopsiées, violées, de vraies scènes d’horreur. On découvre petit à petit le profil du tueur et on a hâte que le policier Dullea finisse par l’attraper, après toutes ces années de traque et d’enquête.

Il n’y aurait eu que cette histoire d’enquête, j’aurai passé un excellent moment mais le récit est ponctué des jugements de différents policiers corrompus, de leurs détournements de fonds et le roman est un trop plein de détails. Le nom et le numéro des rues en abondance, les personnages tellement nombreux que l’ont s’y perd…dans son soucis du détail et de retranscription historique, l’auteur alourdi le récit pour ma part. J’ai eu parfois du mal à poursuivre certains passages qui m’ont malheureusement ennuyée.

Lorsque le récit parle de nouveau de la traque de ce fameux meurtriers, mon attention était totale et l’auteur décrit parfaitement l’ambiance régnant à cette époque.

J’aurai donc, à mon sens, supprimer une bonne partie du roman ou préféré avoir deux romans différents afin de ne pas passer systématiquement d’une histoire à une autre.

Un bon roman donc, une enquête passionnante, mais un récit un peu lourd par le trop grand nombre de détails et la corruption policière qui m’a parfois ennuyée.

Bonne lecture!

Titre: Gorilla Man

Auteur: Robert Graysmith

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par  Emmanuel Scavée

Paru le 15/10/2015 aux Éditions Denoël. 

« Oliver ou la fabrique d’un manipulateur » de Liz Nugent

oliver

Que ce passe-t-il dans la tête d’un homme violent ? Comment en est-il arrivé là? Quels traumatismes passés ont façonné sa personnalité?

 

Quatrième de couverture:

« Alice et Oliver Ryan sont l’image même du bonheur conjugal. Complices, amoureux, ils mènent la belle vie. Pourtant, un soir, Oliver agresse Alice avec une telle violence qu’il la plonge dans le coma. Alors que tout le monde cherche à comprendre les raisons de cet acte d’une brutalité sans nom, Oliver raconte son histoire. Tout comme les personnes qui ont croisé sa route au cours de cinquante dernières années. Le portrait qui se dessine est stupéfiant. Derrière la façade du mari parfait se cache un tout autre homme. Et lorsque le passé resurgit, personne n’est à l’abri, pas même Oliver.

Nouveau génie du suspense psychologique, Liz Nugent dissèque la fabrication fascinante d’un monstre, du mal à l’état pur. Un roman dans la pure tradition de Patricia Highsmith, qu’on ne lâche pas jusqu’à la toute dernière page. »

Lire la suite

« Un caillou dans la chaussure » de Mathieu Tazo

Un-caillou-dans-la-chaussure_Mathieu-Tazo

J’avais beaucoup entendu parler de son premier roman, « la dynamique des fluides » mais n’avais pas eu l’occasion de le lire. J’ai donc été très heureuse d’être contactée par Mathieu Tazo qui m’a gentiment envoyé ses deux romans. Je vais vous parler aujourd’hui du tout dernier « Un caillou dans la chaussure »sorti le 25 Juin 2015 aux Editions Daphnis et Chloé.

« La dynamique des fluides » fera l’objet d’une chronique un peu plus tard;)

Quatrième de couverture:

« Prisonnier de mon passé, je suis l’assassin et l’enquêteur, la proie et le chasseur, l’amant trompé et le mari fautif. »

Un village ensoleillé de l’arrière-pays varois, une élection facile à la mairie et un repreneur pour l’usine de lavande. Tout va bien.

Un amour de jeunesse d’une beauté troublante, le fils d’un gendarme assassiné qui cherche vengeance et une enquête qui reprend. Tout va mal.

Entre espoir d’une vie nouvelle et peur d’un passé encombrant, Samuel Marion avance, un caillou dans la chaussure, vers la pire des responsabilités: celle d’un meurtre qu’il aurait préféré ne jamais commettre.

Lire la suite

« La garçonnière » d’Hélène Grémillon

la garçonnière

J’avais été littéralement absorbée par son premier roman « Le confident » dont je vous avais parlé il y a quelque temps.

Hélène Grémillon avait réussi à me transporter dans son univers et c’est avec hâte et plaisir que j’ai découvert son second roman « La garçonnière ». Un univers bien différent du premier mais tout aussi haletant.

Quatrième de couverture:

 » Buenos Aires, 1987. Lisandra Puig est retrouvée morte défenestrée, au pied de son immeuble. La police aussitôt suspecte son mari, le docteur Vittorio Puig. Il est psychanalyste. Dans son cabinet s’allongent sur le divan bourreaux et victimes de la dictature argentine. Eva MAria est l’une d’entre elles. Persuadée de l’innocence de Vittorio, elle décide de mener l’enquête. Pour elle, c’est certain: le meurtrier se trouve parmi les patients. Mais lequel. Et pourquoi? »

Lire la suite