« Les Mille Talents d’Euridice Gusmao » de Martha Batalha

Rien qu’à la couverture; j’ai eu envie de me plonger dans cette histoire.  Une histoire de femmes, des femmes en pleines expansions, en désir de reconnaissance, prête à se battre contre les préjugés pour s’affirmer. Une belle histoire que celle d’Euridice et des femmes qui l’entourent.

Quatrième de couverture:

« Responsable de l’augmentation de 100% du noyau familial en moins de deux ans, Euridice décida de se désinvestir de l’aspect physique de ses devoirs matrimoniaux.

Lire la suite

Publicités

« Dieu est un pote à moi » de Cyril Massarotto

dieu-est-un-pote-a-moi

Je suis ravie de vous présenter ce roman aujourd’hui car ça a été un vrai coup de cœur! De l’humour, de l’amour, un roman comme je les aime et qui m’a surprise du début à la fin.

Quatrième de couverture:

 » Pour élire son confident, Dieu n’avait que l’embarras du choix. Comment expliquer qu’il ait opté pour un modeste vendeur, au quotidien banal et sans relief? Dieu seul le sait et pourtant, au fil de leur conversation, une véritable amitié se lie entre eux…Quand le narrateur rencontre derrière sa caisse Alice, jolie étudiante en psychologie, quelques coups de pouce de son nouveau meilleur ami vont faire des miracles Et ce n’est que le début! »

Lire la suite

« Attention au parquet! » de Will Wiles

Wet Eye Glasses

Est-ce que, comme moi, le titre de ce roman vous aurai donné envie d’acheter ce livre? En plus c’est le premier de roman de Will Wiles et ceux qui suivent ce blog savent comme j’aime tout particulièrement découvrir de nouveaux auteurs.

La quatrième de couverture présageait également une bonne dose d’humour. Je suis donc repartie le cœur gonflé des promesses faites par les différentes presses et me suis empressée de dévorer « Attention au parquet! ».

Et l’humour promis est là!!! Un livre qu’on aimerait voir adapté au cinéma tellement certaines scènes m’ont fait pleurer de rire.

Mais penchons nous sur l’histoire…

Un écrivain décide de rendre service à un ami de longue date, Oskar,  en s’occupant de son appartement  pendant son absence. Conscient du côté maniaque et tatillon sur la propreté de son ami, notre narrateur sait qui devra prendre grand soin des affaires d’Oskar mais c’est aussi pour lui l’occasion de se recentrer sur ses écrits et prendre du temps pour se consacrer à l’écriture.

En arrivant dans l’appartement, c’est avec au départ un plaisir amusé puis très vite avec un sentiment d’agacement et de manque de confiance, que notre écrivain découvre un peu partout des mots disséminés dans l’appartement avec des consignes strictes quant à la tenue de l’appartement et tout particulièrement du parquet: ne pas marcher sur le parquet avec ses chaussures, essuyer immédiatement la moindre tâche faite sur ledit parquet, manuel d’utilisation des produits ménagers, à quelle heure et en quelle quantité donner à manger aux chats, quels concerts aller voir, etc, etc…

Comme l’on peut s’en douter, les ennuis ne vont pas tarder à commencer et malgré sa bonne volonté, notre hôte va peu à peu avoir la sensation que le sort s’acharne contre lui. Tâches difficiles à récupérer, amnésie passagère due à une consommation légèrement trop abusive de vin, rencontre du troisième type avec la femme de ménage d’Oskar, tous les éléments d’une catastrophe imminente sont présents et c’est avec rage et force que notre écrivain tente tant bien que mal de sauver les apparences au milieu de cet appartement magnifique digne des plus grands catalogues.

J’ai espéré tout le long du livre que le narrateur puisse trouver des solutions à ses malheurs et c’est à la fois avec plaisir et désespoir que je l’ai vu plonger dans le plus grand désarroi face à l’injustice du sort.

Un roman plein d’humour et totalement déjanté, une escalade de rebondissements qui pourrait nous refroidir à vouloir garder l’appartement d’un ami.

Je conseille vivement ce premier roman de Will Wiles et je remercie l’auteur de m’avoir apporté autant de bons moments.

Bonne lecture!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les filles pensent que… de Lucie de Paola

…il faut embrasser beaucoup de crapauds avant de trouver le prince charmant.

Découvert par hasard dans une librairie à Montparnasse en attendant que les portes du cinéma ouvrent, je suis tombé sur ce livre et le fait qu’il ai été écrit par une blogueuse m’a incité à en savoir plus.

Lucie de Paola tient le blog de Les Filles Pensent Que… et a été élue meilleur blogueuse catégorie « Love and Sexe » par la magasine ELLE.

Grâce aux centaines de commentaires parus sur son blog, à ces articles et aux anecdotes diverses et variées, elle a écrit ce livre qui est une sorte de guide anti-crapaud, un référencement anecdotes à l’appui des différents types d’hommes qui existent , leur caractère, leurs attitudes, leur plan draque. Un guide aussi sur les ex ou comment tourner la page et sur les princesses que nous sommes.

J’avais envie d’un livre léger et drôle et je n’ai pas été déçue;0)

Même si je suis en couple depuis un moment, ce livre m’a refait penser à ce qu’était ma vie de célibataire, les questions existentielles sur les hommes, mes incompréhensions face à leurs réactions ou leur abscence de réactions même…Les heures passées à attendre que le téléphone sonne, à se demander si on a fait bonne impression, les debriefings entre copines et laisser libre cours à notre imagination concernant le prince charmant, tout ça m’est revenu en mémoire à la lecture de ce livre.

Certains chapitres  regroupent  les attitudes à adopter ou non comme par exemple  » rompre par email, c’est minable mais on peut faire pire », « les méthodes pour reconquérir son ex », « éradiquer son ex »  et d’autres sont les vérités vraies des filles que nous sommes comme  » si elles avaient le temps, elles seraient des mégabombasses », « faire les boutiques c’est bénéfique »ou encore « la drague sur les réseaux sociaux ».

Ca m’a fait du bien de lire ce livre et des chapitres m’ont particulièrement fait rire comme  » la drague a-t-elle les mêmes cycles qu’une machine à laver » ou « bienvenue à la salle de gym ».

Un livre frais et divertissant où chacune et même chacun d’entre nous peut se reconnaître.

Mon meilleur passage:

 » Les filles pensent que…, ce sont nos histoires, nos contradictions, nos envies, nos plans foireux…sur un ton léger et, surtout, sans jamais donner de leçon. Des anecdotes de célibataires qui profitent de la vie, tout en gardant un oeil ouvert au cas où leur Prince Charmant passerait dans le coin. (…) Alors bienvenue à tous dans une bulle de frivolité, un univers où les filles savent ce qu’elles veulent ( enfin, plus ou moins) et où elles n’hésitent pas à se moquer d’elles-mêmes. Des princesses du XXIème siècle, boudeuses, charmantes, râleuses, amoureuses…et bien plus encore. »

Autour du monde avec Tante Mame de Patrick Dennis

De retour avec tante Mame et ses aventures plus folles les unes que les autres. Je vous  parlais, il y a de cela quelques semaines, du premier roman « Tante Mame »de Patrick Dennis ( cliquer sur le titre pour voir l’article) où je vous comptais les frasques de cette femme originale qui élevait son neveu Patrick, se dernier se trouvant à la charge de sa tante suite au décès de son père.

J’avais déjà trouvé le premier tome empli d’histoires abracadabrantes et drôles mais ce deuxième volume m’a encore plus étonné.

Patrick, devenu adulte responsable, marié et père d’un petit Michael, raconte le  tour du monde qu’il avait effectué avec sa tante Mame lorsqu’il avait alors 18 ans. Il raconte cette épopée à sa femme qui est morte d’inquiétude pour son fils et pour cause, ce dernier étant parti avec cette fameuse Mame en voyage depuis deux ans et demi et ne l’ayant toujours pas revu depuis.

Se voulant rassurant auprès de sa femme, le voilà parti dans le récit d’un tour du monde encore plus mouvementé que celui de Jules Verne .

La France et la découverte des Folies Bergères, l’Angleterre et les tentatives d’entrée à la Cour, l’Italie et sa Mafia, la Russie et ses sympathisants en passant par la Grèce au beau milieu d’un trafic d’armes, tante Mame et Patrick nous emmènent dans leurs bagages non sans compter certains déboires amoureux et situations on ne peut plus loufoques.

Envie d’humour et de voyage, vous ne serez pas déçus par ce livre qui a été pour moi, un vrai moment de bonheur.

Bonne lecture!

Livre lu dans le cardre d’une lecture commune avec Laetitia. ( cliquer sur le nom pour voir son article)

Mon meilleur passage:

   » – Oui, à Vienne, et encore plus loin si possible. N’oubliez pas que nous avons volé un bateau de la police, dans un Etat policier, et que vous êtes sans doute la femme la plus recherchée d’Italie. S’ils nous mettent la main dessus, nous sommes bons pour cinq litres d’huile de ricin chacun.

– C’est absurde, mon petit amour, répondit Tante Mame, en riant de plus belle. Que peut-on rêver de mieux, en Italie, qu’un canot de la police piloté par un moine? Non, je ne serais pas plus en sécurité avec Il Duce lui-même. Et maintenant, à la gare. Precipitevolissimevolmente! »

Le diable vit à Nothing Hill de Rachel Johnson

 Une vie remplie de potins à Notting Hill!!

Banquiers, riches milliardaires, architectes vivent autour du square privé le plus branché et couru de ce quartier de Londres avec leurs femmes ( sans oublier leurs nombreux enfants) , ces dernières se disant débordées entre leur séances de yoga, leurs virées shopping et le temps passé à transformer leurs maisons pour qu’elles paraissent un jour à la Une du magasine « House & Garden ».

Parmis tous ces richissimes londonniens, deux femmes, Mimi et Clare, nous racontent à tour de rôle leur vision de la vie à Notting Hill, leurs questions existencielles ( l’une rêve de tomber enceinte tandis que l’autre se trouve un amant milliardaire), leur potins entre copines pendant leurs cours de yoga, leurs délirs fengshui, etc…

Entre soirées mondaines, adultères, journées sportives et cours du soirs, nous voici entrés au coeur d’un monde huppé où les principales préoccupations de nos chères londonniennes sont de s’interroger sur la nouvelle maîtresse de leurs voisins, de l’arrivée d’un séduisant milliardaire dans leur square ou encore de la dernière tenue à la mode à porter lors d’un coktail.

Ce livre a beaucoup d’humour et le fait de donner la parole successivement à l’une et l’autre des protagonnistes donne un côté encore plus sympa au livre.

J’avoue avoir eu du mal à rentrer dans ce livre; les descriptions systématiques faites par Mimi de la tenue portée par chacune des personnes qu’elle rencontre tout en mentionnant la marque et le prix m’ont parues un peu fastidieuses parfois. Mais en y réfléchissant, Mimi faisant partie des résidents les moins riches du square, ce besoin de précision peut s’expliquer par l’envie de Mimi de faire partie de ce beau monde.

J’ai passé un bon moment sans pour autant en garder un souvenir mémorable mais c’est un bon moment de détente.

Bonne lecture!

Mon meilleur passage:  

   » Une MNH ( Mother de Notting Hill) travaille à peine, en tout cas pas à plein temps dans un bureau: 1) elle est trop occupée à dépenser de l’argent pour en gagner; 2) elle est bien trop fatiguée après une journée passée à trimballer les enfants d’une activité extrascolaire à une autre- n’ayant avalé pour tout déjeuner qu’une salade de roquette agrémentée de lamelles de parmesan- et bien trop absorbée par de multiples rendez-vous pour se soumettre aux contraintes d’une profession et à ce que nos  mères appelaient les  » exigences » d’un mari. Elle se rendra plutôt dans une séance de yoga ou de Tui Na pour disperser ses blocages d’énergies, ou se précipitera chez son acuponctrice, en l’occurence Donna ( 100 livres la séance), afin de récupérer. « 

Soirée Sushi d’Agnès Abécassis

Un bon petit moment de détente avec ce livre d’Agnès Abécassis.

Soirée sushi entre copines en mal d’amour:

Rebecca, divorcée deux fois, vient de quitter son nouveau Jules; Hortense vient de se faire plaquer par un homme marié, Séraphine s’est faite larguée par son mari pour une plus jeune et Rubis, quand à elle, saute sur tout ce qui bouge.

Chaque chapitre de la soirée est entrecoupée par des anecdotes de la vie de l’une ou de l’autre, on est presque dans Sex and the City. Quand l’une est angoissée et pleurnicharge, l’autre est sûr d’elle et fait bonne figure et quand une autre ne peut s’empêcher de sortir avec tous les hommes qu’elle croise, l’autre est plutôt fleur bleue.

Ces quatres femmes de la quarantaine nous font passer un bon moment. On s’imagine nous même dans nos soirées filles:0) Elles pleurent, elles rient, elles s’engueulent , elles râlent sur les hommes qui viennent de les larguer, elles parlent de leurs enfants (ados maintenant) qu’elles n’arrivent plus à comprendre, elles fouinent dans les affaires de leurs enfants pour découvrir quelques secrets bien gardés tout en culpabilisant d’entrer dans leur intimité.

Si vous aimez les livres de filles, alors celui- là est pour vous;0)

Bonne lecture!

Mon meilleur passage:

« Allez ma grande, embraye. Ne fais pas du surplace. Te séparer de lui a été comme de t’arracher une dent moisie. Est-ce que tu as la nostalgie de ta dent moisie? Est ce que tu la regardes avec émotion en te disant qu’il n’y a pas si longtemps encore, elle était dans ta bouche, que désormais vos chemins vont se séparer et qu’elle va suivre sa route au loin, vers la poubelle? Non, hein. Alors bien sûr, une fois l’anesthésie passée, tu as mal au trou laissé dans ta gencive. Bien sûr, tu saignes un peu, c’est impressionnant, tu montres ton mouchoir imbibé aux autres, qui font « oh! », en te consolant. Bien sûr, tu peux même te sentir un peu triste, si ta dent moisie te rappelle combien tu étais contente de la trouver, il y a quelques années, pour mâcher tes aliments. Mais les jours vont passer, le trou se résorbera, ta gencive cicatrisera à une vitesse folle, et bientôt, oui bientôt, fleurira à cet endroit une nouvelle dent, couronnée de succès, belle, solide, intacte, et vous vivrez ensemble de belles aventures, sans douleurs. »

Tante Mame de Patrick Dennis

Drôle et très divertissant, un bon moment assuré avec ce livre de « Tante Mame »!

Ce roman à été écrit il y a bien longtemps, en 1955 aux Etats-Unis. C’est toujours avec autant de succès qu’il a réussi à trouver son public français . Et il y a même la suite  » Autour du monde avec Tante Mame » que je m’empresserais de lire bientôt :0)

Patrick, jeune garçon de 10 ans, hérite de la fortune de son père au décès de ce dernier et se voit attribué comme tutrice sa tante encore inconnue jusqu’alors.

Une tante tout ce qu’il y a de plus excentrique, sa Tante Mame, qui va se charger de son éducation et à la fois lui faire vivre toutes sortes de situations toutes aussi loufoques les unes que les autres.

Tante Mame est un personnage attachant, qui a la faculté d’adapter sa garde robe, son language et presque sa personnalité aux différentes situations que la vie va lui imposer.

Ecrivain d’une journée, star d’un bal de fin d’année, cavalière d’un soir, infirmière enrolée dans l’armée ou encore éducatrice spécialisée d’enfants on ne peut plus tuburlents, Tante Mame arrive presque toujours à trouver sa place partout non sans garder une certaine classe et une assurance renversante.

Drôle, émouvante, imprévisible, c’est ainsi que Tante Mame est décrite par son neveu Patrick qui lui est souvent partagé entre l’admiration et l’incomprehénsion de sa chère tante.

J’ai vraiment passé un bon moment à lire ce livre, on est curieux des nouvelles frasques que Tante Mame va trouver ou inventer. J’ai, du coup, hâte de lire la suite!!

Bonne lecture…

Mon meilleur passage:

   » Mais mon chéri, c’est moi, Tante Mame! » s’écria-t-elle, me serrant dans ses bras et m’embrassant. J’étais sauvé.

  Une fois entrés dans le grand salon caverneux de Tante Mame, lequel évoquait immanquablement le décor du night-club dans Les Nouvelles Vierges, nous constatâmes, non sans soulagement, qu’il était bondé de gens d’apparence normale, humaine. Enfin peut-être pas exactement normale, mais en tout cas, il n’y avait pas d’Orientaux pervers, à part Tante Mame, qui avait cessé d’être espagnole pour devenir japonaise.  »