« Forever Young » de Charlotte Orcival

forever young

 

Il y a quelques mois, j’étais contactée par Charlotte Orcival qui venait de publier en auto-édition son premier roman.

Un roman qui mérite d’être découvert car très bien écrit et plein de sensibilité et de justesse.

Un livre sur l’adolescence, sur la difficulté de vivre ado, sur les premiers amours, les premiers coups de gueules, les premières déceptions…

Quatrième de couverture:

« C’est une histoire d’avant. D’avant les sms, les emails, les statuts Facebook. D’avant les iPods, les cd. D’avant la chute des tours du 11 Septembre et celle du mur de Berlin. De la pop anglaise explosait dans les écouteurs de mon premier walkman tandis que les radios FM diffusaient une perpétuelle soupe musicale qui nous racontait que nous aurions une jeunesse éternelle. Et moi, et moi, du haut de mes 13 ans tout frais, je n’imaginais même pas qu’elle ne pourrait pas l’être. Bien sûr, j’écrivais dans mon journal que ma vie était pourrie mais j’éclatais de rire dans la seconde suivante. 

Ceci est une histoire d’une année de survie. L’histoire d’une première histoire avec l’amour.  »

Lire la suite

« Dieu est un pote à moi » de Cyril Massarotto

dieu-est-un-pote-a-moi

Je suis ravie de vous présenter ce roman aujourd’hui car ça a été un vrai coup de cœur! De l’humour, de l’amour, un roman comme je les aime et qui m’a surprise du début à la fin.

Quatrième de couverture:

 » Pour élire son confident, Dieu n’avait que l’embarras du choix. Comment expliquer qu’il ait opté pour un modeste vendeur, au quotidien banal et sans relief? Dieu seul le sait et pourtant, au fil de leur conversation, une véritable amitié se lie entre eux…Quand le narrateur rencontre derrière sa caisse Alice, jolie étudiante en psychologie, quelques coups de pouce de son nouveau meilleur ami vont faire des miracles Et ce n’est que le début! »

Lire la suite

« Hier encore, c’était l’été » de Julie de Lestrange: un roman à lire cet été!!

hier encore

 

Bon nombre d’auteurs, aujourd’hui très présents sur les étals des librairies et dans les médias, ont commencé par un premier roman, un tout premier…leur bébé, celui dans lequel ils ont mis toute leur énergie et talent. Bon nombre également se sont fait connaître au départ grâce à l’auto-édition (Agnès Martin-Lugand pour ne vous citer qu’un exemple parmi tant d’autres).

Le roman que je souhaite vous présenter aujourd’hui fait partie de ces perles littéraires qui, pour moi, sortent du lot et méritent que l’on en parle.

Julie de Lestrange m’a gentiment envoyé son roman et le titre m’a tout de suite apporté un sentiment de bien-être: une sensation de chaleur (la couverture y contribue), de bons souvenirs d’enfance et d’insouciance.

Lire la suite

« Younger » de Pamela Redmond Satran

younger

Vous avez aimé Sex and the City? Ce roman est à l’origine de la nouvelle série de Darren Star, le créateur de Sex and the City.

Je n’ai pas encore vu les premiers épisodes mais étant donné que j’étais, et suis toujours, une inconditionnelle fan de la série des quatre amies à New York, j’avais très envie de découvrir ce que pouvais réserver ce roman.

Le thème est ici différent car concernant une quarantenaire, Alice. Récemment quittée par son mari au bout de 20 ans de mariage et sa fille unique parcourant le monde, elle décide de tenter une nouvelle vie à New-York et pose ses valises en plein cœur de Manhattan chez son amie de toujours, Maggie. Ses revenus n’étant plus suffisant pour vivre sans emploi, Alice espère retrouver du travail dans l’édition rapidement et également parer à l’ennui qui l’assaille depuis son divorce et le départ de sa fille. Lire la suite

« La vie est facile ne t’inquiète pas » d’Agnès Martin-Lugand

 

la vie est facile ne t'inquiète pas

 

Il y a quelque temps je vous parlais du roman « Les gens heureux lisent et boivent du café » d’Agnès Martin-Lugand qui avait été pour moi un véritable coup de cœur!

Les éditions Michel Lafon m’ont gentiment envoyé la suite qui est sorti le 23 Avril dernier.

J’avais vraiment hâte de découvrir ce qu’Agnès Martin-Lugand avait réservé comme suite à ces personnages du premier roman et surtout à Diane.

Diane qui après avoir perdu son mari et sa fille dans un tragique accident de voiture était partie s’exiler en Irlande, pays dans lequel les rencontres lui avaient redonné goût à la vie. Lire la suite

« L’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes » de Karine Lambert

l'immeuble

 

Envoyé récemment par Livre de Poche, ce premier roman de Karine Lambert m’a emmené le temps de quelques heures dans un univers original.

L’on peut facilement imaginer qu’un immeuble comme celui du roman puisse exister. Un immeuble dans lequel tous les habitants sont des femmes et exclusivement des femmes, totalement interdit aux hommes même à un plombier ou un peintre. Chacune de ses femmes, plus ou moins jeunes, porte ses casseroles et ses déceptions amoureuses, se refusent à côtoyer de nouveau l’amour et préfèrent vivre entre elles, illusoirement protégées par une solidarité féminine.

La volonté de trouver l’amour qu’a la nouvelle arrivante, Juliette, au détriment des discours de ses voisines va chambouler les habitudes de ces dernières et entraîner une rétrospective sur le vécu de ces femmes. Lire la suite

« Les gens heureux lisent et boivent du café » d’Agnès Martin-Lugand: un vrai coup de coeur

les gens

 

Je vais bientôt recevoir le roman d’Agnès Martin-Lugand  » La vie est facile ne t’inquiète pas » et ayant appris que c’était la suite de son roman  » Les gens heureux lisent et boivent du café », je me suis dit que je ne pouvais pas lire la deuxième partie sans avoir lu la première. J’avais beaucoup entendu parler de cette auteur sans avoir franchi le pas de la lire et je suis on ne peut plus ravie que de m’être plongée dans son univers. Et je comprends pourquoi ce premier roman a été un succès. Un roman empreint de sensibilité et d’humanité, un livre que l’on a envie de garder au chaud près de soi et je dois bien le dire, un livre qui m’a énormément touchée au point de m’en faire pleurer du début à la fin.

L’histoire de Diane ne peut que toucher le lecteur à savoir la rencontre avec cette femme venant de perdre mari et fille dans un accident de voiture et qui, un an après le drame, n’arrive toujours pas à sortir de chez elle, reste prostrée dans son appartement entourée des souvenirs de sa famille et qui sans l’aide précieuse de son meilleur ami et collègue Félix serait sûrement morte de faim et de tristesse.

Son désarroi et la pression de Félix pour la faire sortir de chez elle vont amener Diane à vouloir changer de vie, à partir de cet appartement qui lui rappelle tant sa famille perdue et à vouloir partir vivre quelques temps dans le pays que son mari affectionnait tant: l’Irlande.

La voilà donc partie à l’aveugle dans un pays étranger, toujours alourdie du poids de la tristesse, laissant Félix s’occuper de leur café littéraire à Paris « les gens heureux lisent et boivent du café ».

Arrivée dans ce petit village d’Irlande ou les activités sont tout aussi rares que les habitants, Diane n’a qu’une envie, restée enfermée dans la maison qu’elle loue. Mais passer pour une ermite aux yeux des habitants passe un temps. L’échange avec ses voisins va peu à peu apporter à Diane le coup de pouce qu’il lui fallait pour commencer à reprendre goût à la vie.

Ce roman m’a fait penser au livre d’Agnès Ledig  » Juste avant le bonheur » ou malgré les horreurs que la vie réserve, la vie finit toujours par reprendre le dessus.

Les divers sentiments par lesquels passent Diane en Irlande au fil des rencontres qu’elle fait ainsi que cette proximité protagoniste-lecteur  dans laquelle nous emmène l’auteur sont amenés avec des mots simples mais tellement justes. Ce livre est une cascade d’émotions, un échantillon de bonheur,  une belle leçon de vie sur l’amour et l’amitié et j’ai vraiment hâte de lire la suite pour découvrir comment Diane rebondit.

Je ne vous parle pas volontairement de ce que va vivre Diane en Irlande car cela serait vous dévoiler la teneur principale du roman mais ce que je peux vous dire c’est que ce livre restera un de ceux qui m’ont marquée et émue.

Je vous le conseille vivement et vous parle très bientôt de la suite;)

Bonne lecture !!

Un petit extrait:

« Aujourd’hui, dissimulée sous la capuche d’un sweat de Colin, je fuyais les devantures, les habitants, les touristes. Je marchais sur la route pour éviter ces foutus poteaux qui obligeaient à slalomer. Tout m’agressait, jusqu’à la délicieuse odeur de pain chaud qui s’échappait de la boulangerie où j’avais mes habitudes.

Mon pas ralentit à l’approche des Gens. Plus d’un an que je n’y avais pas mis les pieds. Je m’arrêtai sur le trottoir d’en face sans y jeter un coup d’œil. Immobile, la tête basse, je plongeai la main dans une de mes poches, il me fallait de la nicotine. On me bouscula, et mon visage se tourna involontairement vers mon café littéraire. Cette petite vitrine en bois, la porte au centre avec sa clochette à l’intérieur, ce nom que j’avais choisi, il y avait cinq ans, les gens heureux lisent et boivent du café, tout me ramenait vers ma vie avec Colin et Clara. »

 

coupdecoeur

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

« Je l’aimais » d’Anna Gavalda

je l'aimais

« La vie, même quand tu la nies, même quand tu la négliges, même quand tu refuses de l’admettre, est forte que toi. Plus forte que tout. Des gens sont revenus des camps et on refait des enfants. Des hommes et des femmes qu’on a torturés, qui ont vu mourir leurs proches et brûler leur maison ont recommencé à courir après l’autobus, à commenter la météo et à marier leurs filles. C’est incroyable mais c’est comme ça. La Vie est plus forte que tout. Et puis, qui sommes-nous pour nous accorder tant d’importance? Nous nous agitons, parlons fort et alors? Et pourquoi? Et puis quoi, après? »

Adapté à l’écran par Zabou Breitman, ce roman d’Anna Gavalda nous parle, comme elle le fait si bien, d’un morceau de vie, de l’expérience d’un homme, des choix parfois difficiles à faire dans une vie ou ceux que l’on n’ose pas faire.

Cet homme c’est Pierre, le beau-père de Chloé dont le mari vient de partir pour une autre la laissant seule avec deux petites filles. Devant le désarroi de sa belle-fille, Pierre décide de l’emmener passer quelques jours dans sa maison de campagne pour lui faire prendre l’air et s’occuper d’elle. Il respecte ses pleurs, ses silences, emmène ses petites filles jouer à l’extérieur, fait la cuisine, s’occupe de la cheminée.

Chloé connait bien son beau-père mais n’aurait jamais imaginé qu’il l’accueillerai ainsi chez lui et prendrai autant soin d’elle. Habituellement froid, distant et silencieux, Pierre se met même à se livrer et à parler d’une période de sa vie jusqu’alors restée sous silence.

Autour d’une bouteille de vin, devant la cheminée, Chloé écoute ce beau-père devenu confident et protecteur.

Une confidence comme il en existe sûrement beaucoup. Sur un amour perdu, l’amour avec un grand A qu’il n’a pas su vivre pleinement, qu’il n’a pas oser tenter de peur d’abandonner femme et ses enfants.Un choix qui l’a rongé pendant des années et qui l’a fait renoncer au bonheur.

Parce qu’il n’excuse en rien ce qu’a fait son fils, parce qu’il sait que vivre son bonheur nécessite du courage, parce qu’il sait tout cela, Pierre raconte tout à Chloé sur cette période de sa vie.

Une histoire touchante et tellement vraie. Une réflexion sur l’accès au bonheur et le droit que l’on s’accorde à y accéder. Un livre à garder sous la main parce qu’il fait du bien, tout simplement.

Bonne lecture!

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

« Pour une liberté » de Mathieu Mériguet

pour une liberté

J’ai été contactée il y a quelque temps par un auteur, Mathieu Mériguet qui ma gentiment envoyé son roman « Pour une liberté ».

J’aime toujours découvrir de nouvelles plumes  surtout quand ces dernières ne sont pas médiatisées.

Dans ce roman qui peut être classé à la fois dans le roman d’amour et le roman à suspens, nous faisons la connaissance de Quentin et Caroline, jeune couple vivant en région parisienne qui décide d’aller rejoindre la demeure familiale de Quentin en province, ces deux derniers ne supportant plus la jungle parisienne. Caroline est dépressive suite à une agression dans son quartier, le couple bat de l’aile suite à une infidélité de Quentin. Ils espèrent tous deux que ce déménagement leur permettra de repartir sur de bonnes bases et que l’air de la campagne leur fera oublier les mauvais souvenirs.

Sur place, ils retrouvent Paul, le frère de Quentin qui tient la maison familiale. Vrai homme des bois et célibataire endurci, Paul laisse libre cours à l’installation de ses nouveaux colocataires et passe le plus clair de son temps dans la forêt dans laquelle il trouve une communion toute particulière avec la nature. Les semaines passant, Quentin et Caroline trouvent Paul de plus en plus étrange et secret et lorsque Quentin décide de le suivre de nuit dans les bois pour découvrir de quoi il retourne, ce dernier va faire une découverte des plus atroces.

Entre révélations et secrets, ce livre ne manque pas de rebondissements. Les infidélités de Quentin avec Marina, son ancien amour, les véritables raisons sur l’emprisonnement de Paul quelques années auparavant, les suspicions concernant le meilleur ami de Paul, les flashbacks sont fréquents qui donnent malheureusement lieu dans la première moitié du livre à des répétitions qui ont gêné quelque peu ma lecture. Dans la deuxième partie du roman, le rythme s’accélère et l’intrigue évolue mais la façon dont l’histoire avance et  dont les protagonistes tentent de  trouver des solutions m’a parfois semblé folle et totalement dénuée de raison.

Mais la fin m’a totalement scotchée dans le sens où c’était exacte ment ce que je voulais qu’il se produise mais voyant le nombre de pages me séparant de la fin diminuer, je pensais que cette fin n’arriverai pas.

Une lecture agréable en somme mais qui ne m’a pas non plus laissé un souvenir impérissable et ce beaucoup à causes des répétitions fréquentes.

Je remercie grandement Mathieu Mériguet pour m’avoir envoyé ce roman.

Bonne lecture!

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Pour celles et ceux qui aiment les histoires d’amour… le mec de la tombe d’à côté de Katarina Mazetti

 

le mec

 

  Effectivement, ce roman nous parle d’un coup de foudre. Sujet traité des milliers voir des millions de fois mais jamais comme Katarina Mazetti. Son style simple et touchant nous emmène dans les balbutiements d’une histoire d’amour où le choc des cultures est au cœur de cette relation entre Désirée, jeune bibliothécaire et Benny, fermier du même âge. Pourquoi ce titre ? Parce qu’ils se rencontrent tous deux dans un cimetière, chacun venus fleurir la tombe de leur proche. Le coup de cœur est évident, la passion s’en suit et les allers retours entre la ville et la ferme vont très vite devenir hebdomadaires.

Pleine d’humour, Katarina Mazetti nous décrit une histoire d’amour emplie de remises en question pour l’un et l’autre car entre une vie à la bibliothèque où les livres sont un centre d’intérêt et l’entretien d’une ferme où les absences sont interdites, des choix s’imposent.

Deux caractères très différents, deux visions de la vie opposées mais un amour fou alors comment faire ? Entre coups de foudre et coups de gueule, nos deux amoureux vont vivre chacun une expérience qui va les changer à jamais.

L’originalité de ce roman réside également dans la construction du livre à savoir que nous changeons de narrateur à chaque chapitre : Désirée livre son point de vue et ses ressentis sur la relation puis Benny relaye son vécu sur les mêmes évènements. Ainsi se confirme le fait que les hommes et les femmes ne vivent pas un évènement de la même façon et n’en retiennent pas les mêmes choses. Désirée se souvient du moindre détail alors que Benny en retient plus l’ambiance générale et sa vision globale de la relation.

Ce roman est un coup de cœur assuré  aussi bien pour les amateurs d’histoire d’amour que pour ceux dont la sensibilité ne demande qu’à être réveillée.

Il existe une suite à ce roman «  le caveau de famille » dont je vous parlerai prochainement.

Bonne lecture !

Mon passage préféré :

  «  Désirée a dit un jour qu’elle avait l’impression de reposer dans une crypte en regardant les murs noirs. C’est ce qui m’a décidé à entreprendre de petits changements de décor. J’ai sans doute développé une sorte d’instinct de nidification quand elle est entrée dans ma vie (…).  D’abord j’ai retapissé ma chambre, un assez joli papier peint fleuri. Puis j’ai fait venir des rideaux prêts à poser de Haléns VPC, blancs avec un tas de volants, et des rubans brillants pour les retenir sur les côtés. Pour finir, j’ai mis quelques broderies avec des fleurs sur les murs, à la place des tracteurs. »

  «  J’ai tout d’abord dû combattre une folle envie de pouffer de rire en découvrant les rideaux genre robe de bal sortie tout droit d’Autant en emporte le vent, et en voyant que les broderies au point de croix avaient envahi le dernier bastion de la maison, sa propre vieille crypte. Mais il était tellement débordant de fierté que ça m’a refroidie, et je n’ai pas su quoi dire. »

Rendez-vous sur Hellocoton !