« Le peuple des ombres, itinéraire d’un enfant migrant » de Kouame Soungouan et Pascal Jacquet

 

J’ai eu la chance de pouvoir lire ce roman autobiographique de Kouame Soungouan. Un roman auto édité que Kouame a écrit avec l’aide de son professeur de Français qui le suit dans le foyer où il vit maintenant à Toulouse.

Il nous livre ici son histoire terrible sur sa fuite de Côte d’Ivoire, sur sa migration forcée, sur ce qu’un enfant ne devrait jamais avoir à vivre ni aucun homme ou femme d’ailleurs.

Kouame a 14 ans lorsque l’on tue sous ses yeux ses deux parents et que l’on maltraite sa grande soeur. Il arrive à fuir Abidjan pour sauver sa peau et se retrouve contraint et forcé de migrer vers l’étranger: un long périple de plusieurs années s’en suit: d’abord le Ghana, puis le Burkina Faso, le Niger, la Libye puis le Maroc, l’Espagne et enfin la France où il va décider de rester.

Lire la suite

« Le voyage de Lilya » de Stephan Abarbanell

Je vais vous parler aujourd’hui d’une merveilleuse histoire que j’ai adoré. Une aventure, une quête, du suspens, de l’amour, tout cela sur fond de Seconde Guerre Mondiale. Un partenariat avec les Editons Denoël que je remercie beaucoup pour cette découverte.

Quatrième de couverture:

« Palestine, 1946. Lilya Wassefall, jeune femme intrépide, entre dans la résistance contre la puissance internationale  mandataire. Sa première mission: partir à la recherche d’un scientifique disparu, Raphael Lind, dans les ruines de l’Europe d’après-guerre. Pour les Anglais, il est mort dans un camp de concentration. Pourtant tout porte à croire que Raphael vit toujours. Commence alors un périple semé d’embûches qui la conduira de Jérusalem à Londres en passant par le camp de Bergen-Belsen en Allemagne, point d’orgue de son voyage. 

Lilya emmène le lecteur dans sa quête effrénée de vérité, découvrant ainsi des aspects inédits des heures les plus sombres de l’Histoire? »

Lire la suite

« Les réfugiates » de Roger Piva

 

Plusieurs semaines que je ne suis pas venue vous parler de livres et je m’en excuse. Les choses bougent beaucoup dans ma vie personnelle et du coup le temps me manque cruellement.

Aujourd’hui je vais vous parler d’un roman autobiographique, l’adolescence de Roger Piva qui devint malgré lui un « réfugiate »; c’est comme cela que l’on appelait les personnes ayant fui la Lorraine pour ne pas prendre la nationalité allemande. Le voilà propulsé en pays occitan où la recherche d’une identité est plus forte que tout.

Quatrième de couverture:

 » A l’automne 1940 l’auteur, alors adolescent, vit le traumatisme de l’expulsion de sa terre natale, la Lorraine, parmi d’autres familles ayant refusé de prendre la nationalité allemande. « Adopté » par le Gers, il y construira l’adulte d’après guerre.

La découverte et l’adaptation à une vie nouvelle et à son environnement ont eu pour conséquence l’effet merveilleux de créer un attachement profond et définitif dans la tête et le coeur des petits lorrains, pour ce pays accueillant et protecteur, et d’ancrer en eux le sentiment « d’amour du pays ». 

C’est exactement le même sentiment qui vous anime, vous lecteur, lorsqu’en traversant la France, sans y penser, d’instinct, vous songez à ce que vous y avez vécu, à la beauté de ce pays, à ceux qui l’ont fait, à ce qui vous a marqué, et tout naturellement vous ressentez intérieurement sans l’exprimer ce sentiment ‘d’amour de son pays ».

Lire la suite

« Terminus Elicius » de Karine Giebel

terminus

 

Je vais vous présenter aujourd’hui une lecture que j’ai beaucoup aimé. Ce livre m ‘a fait penser au roman « La fille du train » de Paula Hawkins: une jeune femme dans un train, une jeune femme perdue et cherchant un sens à sa vie…

Quatrième de couverture:

« Ma chère Jeanne, 

J’aimerais que vous m’aimiez comme je vous aime. Mais, pour m’aimer, il vous faut me connaître. Savoir ce que je suis… Certains diront un monstre. D’autres chercheront des explications lointaines, surgies de mon passé. 

Beaucoup jugeront, condamneront. Mais qui comprendra vraiment? Vous, je l’espère. 

Hier soir, j’étais avec une autre femme que vous. Mais je ne suis pas resté longtemps avec elle.

Juste le temps de la tuer… »

Lire la suite

« Les Mille Talents d’Euridice Gusmao » de Martha Batalha

product_9782207134207_195x320

Rien qu’à la couverture; j’ai eu envie de me plonger dans cette histoire.  Une histoire de femmes, des femmes en pleines expansions, en désir de reconnaissance, prête à se battre contre les préjugés pour s’affirmer. Une belle histoire que celle d’Euridice et des femmes qui l’entourent.

Quatrième de couverture:

« Responsable de l’augmentation de 100% du noyau familial en moins de deux ans, Euridice décida de se désinvestir de l’aspect physique de ses devoirs matrimoniaux.

Comme il était impossible de faire entendre raison à Antenor, elle se fit comprendre par les kilos qu’elle accumula. C’est vrai, les kilos parlent, les kilos crient, et exigent – Ne me touche plus jamais.

Euridice faisait durer le café jusqu’au petit déjeuner de dix heures, le déjeuner jusqu’au goûter de quatre heures, et le dîner jusqu’au souper de neuf heures. Euridice gagna trois mentons. Constatant qu’elle avait atteint la ligne, cette ligne à partir de laquelle son mari ne s’approcherait plus d’elle, elle adopta à nouveau un rythme alimentaire sain. »

Lire la suite