« Les fils de George » de Manu Causse

 

Il y a quelques temps je vous parlais d’un roman de Manu Causse, La 2CV Verte, un roman sur la relation entre un père et son fils autiste. J’avais même eu la chance de rencontrer l’auteur et de l’interviewer.

Ici Manu Causse nous offre un roman jeunesse percutant comme il sait le faire. Un roman dans lequel deux jeunes que tout oppose se lie d’amitié et ce malgré le choc des cultures.

Lire la suite

Publicités

« Pornarina » de Raphaël Eymery

Une nouvelle lecture des Editions Denoël aujourd’hui, « Pornarina ». Plongée au coeur d’une ambiance glauque, perverse et morbide.

Quatrième de couverture:

« Depuis des décennies, Pornarina ensanglante secrètement l’Europe. les rares à connaître son existence – les pornarinologues- l’ont surnommée la-prostituée-à-tête-de-cheval. Elle serait coupable de dizaines d’homicides. 

Lire la suite

« Le peuple des ombres, itinéraire d’un enfant migrant » de Kouame Adjoumani et Pascal Jacquet

 

J’ai eu la chance de pouvoir lire ce roman autobiographique de Kouame. Un roman auto édité que Kouame a écrit avec l’aide de son professeur de Français qui le suit dans le foyer où il vit maintenant à Toulouse.

Il nous livre ici son histoire terrible sur sa fuite de Côte d’Ivoire, sur sa migration forcée, sur ce qu’un enfant ne devrait jamais avoir à vivre ni aucun homme ou femme d’ailleurs.

Lire la suite

« Les réfugiates » de Roger Piva

Plusieurs semaines que je ne suis pas venue vous parler de livres et je m’en excuse. Les choses bougent beaucoup dans ma vie personnelle et du coup le temps me manque cruellement.

Aujourd’hui je vais vous parler d’un roman autobiographique, l’adolescence de Roger Piva qui devint malgré lui un « réfugiate »; c’est comme cela que l’on appelait les personnes ayant fui la Lorraine pour ne pas prendre la nationalité allemande.

Lire la suite

« Terminus Elicius » de Karine Giebel

Je vais vous présenter aujourd’hui une lecture que j’ai beaucoup aimé. Ce livre m ‘a fait penser au roman « La fille du train » de Paula Hawkins: une jeune femme dans un train, une jeune femme perdue et cherchant un sens à sa vie…

Quatrième de couverture:

« Ma chère Jeanne, 

J’aimerais que vous m’aimiez comme je vous aime. Mais, pour m’aimer, il vous faut me connaître. Savoir ce que je suis…

Lire la suite

« Dérapage » de David Desgouilles

Reçu le mois dernier par les Editions du Rocher, cela faisait un moment que ce roman me faisait de l’œil. Le thème me plaisait beaucoup et j’avais hâte de découvrir ce que renfermait cette fiction.

Quatrième de couverture:

« Lors d’un débat télévisé, le chroniqueur Stéphane Letourneur, croyant son micro coupé, adresse une remarque graveleuse à une femme politique. Cruelle erreur! La meute des internautes  Lire la suite

« Je l’ai fait pour toi » de Laurent Scalèse

9782714473165

 

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un roman de Laurent Scalèse. Un auteur que je ne connaissais pas et qui nous démontre que le crime parfait n’existe pas.

Quatrième de couverture:

  Première loi:

le crime parfait n’existe pas. 

Deuxième loi:

le criminel parfait n’existe pas.

Troisième loi:

l’enquêteur doit donc concentrer ses efforts non pas sur le crime, mais sur le criminel.

  Bienvenue à Lazillac-sur-Mer, dans l’univers du commandant Samuel Moss dont les armes sont le charme, la séduction et l’art du détail: rien ne lui échappe, que ce soit sur une scène de crime ou au quotidien. 

  Cette histoire débute quand la romancière à succès Jade Gravier est retrouvée morte chez elle, dans son bureau, suicidée. Après avoir inspecté les lieux à sa façon, Samuel Moss conclut qu’il ne s’agit pas d’un suicide mais d’un homicide, dont il identifie immédiatement le coupable. 

  Le plus compliqué, maintenant, pour Samuel Moss, est de comprendre comment le meurtrier a procédé et de prouver sa culpabilité, avec élégance bien sûr, et surtout sans salir ses nouvelles chaussures sur la plage de Lazillac…

Lire la suite

« Les fiancés de l’hiver, la passe-miroir, livre 1 » de Christelle Dabos

81yy6fdhtjl

 

On m’a prêté ce livre il y a quelque temps et je l’ai dévoré. Parler de littérature avec mes patients m’apporte des échanges incroyables et je n’aurai sûrement pas lu ce roman si ma patiente ne m’en avait pas parlé avec des étoiles plein les yeux 😉  J’en avais pourtant entendu parlé sur les autres blogs et je suis ravie d’avoir découvert l’univers de Christelle Dabos.

Quatrième de couverture:

« Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers: elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’arche d’Anima quand on la fiance à Thorn du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citadelle, capitale flottante du Pôle. A quelle fin a-t-elle été choisie? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel.  »

Lire la suite

« Les contes défaits » d’Oscar Lalo

les-contes-defaits

Je vais vous parler aujourd’hui du premier roman d’Oscar Lalo. Un roman qui dérange de par son sujet mais sans que ce dernier ne soit mentionné. Des insinuations claires, des enfants terrorisés, Oscar Lalo maîtrise parfaitement l’art de l’indicible.

Quatrième de couverture:

« Peau d’âne, noire neige, le petit poussé…Il était zéro fois… C’est ainsi que commence les contes défaits.

L’histoire est celle d’un enfant et de l’adulte qu’il ne pourra pas devenir.

Je suis sans fondations. Ils m’ont bâti sur du néant. Je suis un locataire du vide, insondable et sans nom, qui m’empêche de mettre le mien. La page reste blanche car tout ce qui s’y inscrit s »évapore.

Sans rien dire jamais de ce qui ne se montre pas, loin de la honte et de la négation, Oscar Lalo convoque avec ses propres mots, pourtant universels, la langue sublime du silence…

Et c’est en écrivant l’indicible avec ce premier roman qu’il est entré de façon magistrale en littérature. »

Lire la suite

« Petit pays » de Gaël Faye: Prix Goncourt des Lycéens 2016!!

petit-pays

Enfin une chronique! Un mois que je ne vous avais pas écrit et cela me manquait! Aujourd’hui je vous parle du premier roman de Gaël Faye qui a récemment reçu le Prix Goncourt des Lycéens 2016 et le prix est largement mérité. Une lecture coup de coeur.

J’ai adoré ce livre à la fois dur et touchant, une histoire d’adolescence brisée dans un pays où le génocide fait rage.

 

Quatrième de couverture:

« Au temps d’avant, avant tout ça, avant ce que je vais raconter et le reste, c’était le bonheur, la vie sans se l’expliquer. Si l’on me demandait « Comment ça va? » je répondais toujours « ça va! ». Du tac au tac. Le bonheur, ça t’évite de réfléchir. C’est par la suite que je me suis mis à considérer la question. A esquiver, à opiner vaguement du chef. D’ailleurs, tout le pays s’y étais mis. Les gens ne répondaient plus que par « ça va un peu ». Parce que la vie ne pouvait plus aller complètement bien après tout ce qui nous était arrivé. »

   » Avant, Gabriel faisait les quatre cents coups avec ses copains dans leur coin de paradis. Et puis l’harmonie s’est disloquée en même temps que son « petit pays », le Burundi, ce bout d’Afrique centrale brutalement malmenée par l’Histoire.

  Plus tard, Gabriel fait revivre un monde à jamais perdu. Les battements de coeur et les souffles coupés, les pensées profondes et les rires déployés, le parfum de citronnelle, les termites les jours d’orage, les jacandaras en fleur… L’enfance, son infinie douceur, ses douleurs qui ne nous quittent jamais. »

Lire la suite