« Le voyage de Lilya » de Stephan Abarbanell

Je vais vous parler aujourd’hui d’une merveilleuse histoire que j’ai adoré. Une aventure, une quête, du suspens, de l’amour, tout cela sur fond de Seconde Guerre Mondiale. Un partenariat avec les Editons Denoël que je remercie beaucoup pour cette découverte.

Quatrième de couverture:

« Palestine, 1946. Lilya Wassefall, jeune femme intrépide, entre dans la résistance contre la puissance internationale  mandataire. Sa première mission: partir à la recherche d’un scientifique disparu, Raphael Lind, dans les ruines de l’Europe d’après-guerre. Pour les Anglais, il est mort dans un camp de concentration. Pourtant tout porte à croire que Raphael vit toujours. Commence alors un périple semé d’embûches qui la conduira de Jérusalem à Londres en passant par le camp de Bergen-Belsen en Allemagne, point d’orgue de son voyage. 

Lilya emmène le lecteur dans sa quête effrénée de vérité, découvrant ainsi des aspects inédits des heures les plus sombres de l’Histoire? »

Lire la suite

« Les réfugiates » de Roger Piva

 

Plusieurs semaines que je ne suis pas venue vous parler de livres et je m’en excuse. Les choses bougent beaucoup dans ma vie personnelle et du coup le temps me manque cruellement.

Aujourd’hui je vais vous parler d’un roman autobiographique, l’adolescence de Roger Piva qui devint malgré lui un « réfugiate »; c’est comme cela que l’on appelait les personnes ayant fui la Lorraine pour ne pas prendre la nationalité allemande. Le voilà propulsé en pays occitan où la recherche d’une identité est plus forte que tout.

Quatrième de couverture:

 » A l’automne 1940 l’auteur, alors adolescent, vit le traumatisme de l’expulsion de sa terre natale, la Lorraine, parmi d’autres familles ayant refusé de prendre la nationalité allemande. « Adopté » par le Gers, il y construira l’adulte d’après guerre.

La découverte et l’adaptation à une vie nouvelle et à son environnement ont eu pour conséquence l’effet merveilleux de créer un attachement profond et définitif dans la tête et le coeur des petits lorrains, pour ce pays accueillant et protecteur, et d’ancrer en eux le sentiment « d’amour du pays ». 

C’est exactement le même sentiment qui vous anime, vous lecteur, lorsqu’en traversant la France, sans y penser, d’instinct, vous songez à ce que vous y avez vécu, à la beauté de ce pays, à ceux qui l’ont fait, à ce qui vous a marqué, et tout naturellement vous ressentez intérieurement sans l’exprimer ce sentiment ‘d’amour de son pays ».

Lire la suite

« Mourir au printemps » de Ralf Rothmann

mourir-au-printemps

 

Un roman historique aujourd’hui qui nous parle de deux jeunes amis allemands forcés d’intégrer les troupes SS contre leur volonté. Une lutte pour la survie, pour l’amitié et pour la vie.

Quatrième de couverture:

« Allemagne, 1945. Alors que la défaite allemande semble imminente, Walter et Fiete, deux amis de dix-sept ans, se retrouvent enrôlés de force par les SS et envoyés en Hongrie. Le premier est affecté au ravitaillement, mais le second, moins chanceux, est envoyé directement sur le front. 

  Walter, qui a sauvé la vie du fils d’un général, se voit accorder quelques jours de permission afin de retrouver la tombe de son père. A son retour, il apprend que Fiete, arrêté après une tentative de désertion, vient d’être condamné à mort. Et son officier supérieur, qui trouve là un plaisir sadique, lui confie la terrible tâche d’exécuter son meilleur ami…

  A travers le regard de Walter, nous suivons ce printemps de la défaite du côté allemand, point de vue inédit qui met des mots sur l’horreur et la folie de cette fin de guerre apocalyptique. Ralf Rothmann donne ainsi la parole à une génération sacrifiée et fait de la question du père l’axe central du roman: que transmettent à leurs fils ces hommes qui ont vécu la guerre? »

Lire la suite

« Petit pays » de Gaël Faye: Prix Goncourt des Lycéens 2016!!

petit-pays

Enfin une chronique! Un mois que je ne vous avais pas écrit et cela me manquait! Aujourd’hui je vous parle du premier roman de Gaël Faye qui a récemment reçu le Prix Goncourt des Lycéens 2016 et le prix est largement mérité. Une lecture coup de coeur.

J’ai adoré ce livre à la fois dur et touchant, une histoire d’adolescence brisée dans un pays où le génocide fait rage.

 

Quatrième de couverture:

« Au temps d’avant, avant tout ça, avant ce que je vais raconter et le reste, c’était le bonheur, la vie sans se l’expliquer. Si l’on me demandait « Comment ça va? » je répondais toujours « ça va! ». Du tac au tac. Le bonheur, ça t’évite de réfléchir. C’est par la suite que je me suis mis à considérer la question. A esquiver, à opiner vaguement du chef. D’ailleurs, tout le pays s’y étais mis. Les gens ne répondaient plus que par « ça va un peu ». Parce que la vie ne pouvait plus aller complètement bien après tout ce qui nous était arrivé. »

   » Avant, Gabriel faisait les quatre cents coups avec ses copains dans leur coin de paradis. Et puis l’harmonie s’est disloquée en même temps que son « petit pays », le Burundi, ce bout d’Afrique centrale brutalement malmenée par l’Histoire.

  Plus tard, Gabriel fait revivre un monde à jamais perdu. Les battements de coeur et les souffles coupés, les pensées profondes et les rires déployés, le parfum de citronnelle, les termites les jours d’orage, les jacandaras en fleur… L’enfance, son infinie douceur, ses douleurs qui ne nous quittent jamais. »

Lire la suite

« Hôtel Angleterre » de Marie Bennett

1540-1

Magnifique roman que ce premier de Marie Bennett. Un vrai coup de coeur dont je vais vous parler aujourd’hui. Un couple séparé par la guerre, l’un se bat pour survivre, l’autre contre ses remords face à son adultère avec une femme. Le pardon et vivre avec ses démons est-il possible?

Quatrième de couverture:

« Suède, Hiver 1940. Georg est appelé sous les drapeaux. Exposée à des températures extrêmes, mal équipée, sous alimentée, son unité se trouve à la merci d’officiers incompétents qui exposent les soldats à des risques inutiles et n’hésitent pas à leur infliger châtiments et humiliations. Lorsque cinq recrues meurent, c’est la mutinerie, et Georg est envoyé en camp de travail. 

  De son côté, Kerstin, la femme de Georg, survit comme elle peut à Malmö. Les années passent, et avec elles l’espoir de revoir un jour son époux. Mais une rencontre bouleverse sa vie, celle de Viola, femme riche, belle et cultivée dont Kerstin tombe éperdument amoureuse. C’est le débit d’une liaison d’autant plus passionnée qu’elle est interdite. Pourtant, aveuglée par la jalousie, Kerstin détruit ce bonheur fugace. 

  Le soir de Noël 1943, les deux époux se retrouvent enfin. Pourront-ils reprendre le cours de leur existence après avoir traversé autant d’épreuves? 

Un superbe roman sur l’amour, la trahison et les remords. »

Lire la suite