« Gorilla Man » de Robert Graysmith

gorilla-men-9782207123898_0

 

Bienvenue dans l’histoire de « la véritable traque d’un des premiers serial killers américains ».

Un roman à la fois captivant sur le récit de cette traque au meurtrier « Gorille » mais que j’ai malheureusement aussi trouvé ennuyeux par moment car débordant de détails et le récit parallèle de la corruption policière à cette époque a, pour moi, malheureusement alourdi le récit.

Quatrième de couverture:

« Entre 1926 à 1930, dans une douzaine de villes à travers les Etats-Unis, un homme aux longs bras de gorille et au rire nerveux étrangle ses victimes avant de les disséquer au rasoir dans un simulacre d’autopsie. Prédicateur à ses heures, il parcourt le pays, une bible à la main. Il est le premier tueur en série errant que la nation ait connu, Des années plus tard, des crimes identiques sont commis à San Francisco, là précisément où tout avait commencé…

Alors que les docks noyés de brume sont le théâtre d’émeutes meurtrières, le « Gorille », ainsi que la presse le désigne, hante toujours les pensées du capitaine Charles Dullea, un des rares flics honnêtes d’une ville gangrenée par la corruption. Confronté à ces crimes inédits, assisté par une police scientifique en pleine évolution, Dullea va devoir modifier ses façons de penser et de faire pour résoudre l’énigme de ce puzzle sanglant, tandis qu’à Cleveland un certain Eliot Ness s’est lancé sur la piste d’un autre « Gorilla Man »…

A travers le récit hypnotique de la traque d’un des premiers serial killers modernes, l’auteur de Zodiac poursuit son exploration de la face sombre et violente de l’Amérique. »

Mon avis:

Cette traque de serial killer est passionnante. On découvre les meurtres au fil des années, tous plus horribles les uns que les autres. Des femmes assassinées, autopsiées, violées, de vraies scènes d’horreur. On découvre petit à petit le profil du tueur et on a hâte que le policier Dullea finisse par l’attraper, après toutes ces années de traque et d’enquête.

Il n’y aurait eu que cette histoire d’enquête, j’aurai passé un excellent moment mais le récit est ponctué des jugements de différents policiers corrompus, de leurs détournements de fonds et le roman est un trop plein de détails. Le nom et le numéro des rues en abondance, les personnages tellement nombreux que l’ont s’y perd…dans son soucis du détail et de retranscription historique, l’auteur alourdi le récit pour ma part. J’ai eu parfois du mal à poursuivre certains passages qui m’ont malheureusement ennuyée.

Lorsque le récit parle de nouveau de la traque de ce fameux meurtriers, mon attention était totale et l’auteur décrit parfaitement l’ambiance régnant à cette époque.

J’aurai donc, à mon sens, supprimer une bonne partie du roman ou préféré avoir deux romans différents afin de ne pas passer systématiquement d’une histoire à une autre.

Un bon roman donc, une enquête passionnante, mais un récit un peu lourd par le trop grand nombre de détails et la corruption policière qui m’a parfois ennuyée.

Bonne lecture!

Titre: Gorilla Man

Auteur: Robert Graysmith

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par  Emmanuel Scavée

Paru le 15/10/2015 aux Éditions Denoël. 

Publicités

« Enfin Insécurisée » d’Eve Ensler

Enfin-insécurisée-par-Eve-Ensler-chez-Denoël

 

 

J’ai vu, il y a quelques mois, la pièce d’Eve Ensler, Les Monologues du Vagin. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre, plutôt à une pièce comique et si certains moments sont effectivement drôles, la plupart dévoilent les violences faites aux femmes dans le monde entier, les viols, les excisions… Eve Ensler a interviewé plusieurs centaines de femmes et leur a fait parler de leur vagin et de leur perception de ce dernier.

Dans « Enfin Insécurisée », nous retrouvons ces interviews mais le sujet abordé est plus large et évoque les violences faites aux femmes dans le monde entier sous quelque forme que ce soit. L’interdiction d’étudier, de se marier avec l’homme qu’elle désire, d’avoir une quelconque importance dans la vie politique de leur pays mais ce qui est beau dans ce dernier livre d’Eve Ensler, c’est surtout le combat de ces femmes qu’elle décrit à merveille. Lire la suite