« Brutes » d’Anthony Breznican

brutes

Une belle découverte avec ce premier roman d’Anthony Breznican, journaliste pour le magazine Entertainment Weekly. Un roman sur la violence entre élèves dans un lycée des Etats-Unis et sur l’impact que peuvent avoir les ont-dits sur certaines personnes.

Et ce livre est sorti aujourd’hui en librairie!!

 

Quatrième de couverture:

« Pittsbrugh, années 1990. Saint Mike est un lycée catholique en perdition. Sa réputation désastreuse l’a transformé en décharge à délinquants et le corps enseignant a depuis longtemps baissé les bras, préférant fermer les yeux sur les agissements de certains élèves qui se livrent à un bizutage sans merci sur les plus jeunes. C’est au milieu de cet enfer que Peter Davidek fait son entrée en première année. Il se lie d’amitié avec Noah Stein, un garçon plein de ressources portant une mystérieuse cicatrice au visage, et la belle et fragile Lorelei, qui rêve d’entrer dans le clan très fermé des filles populaires. A trois, auront-ils une chance de survivre à ce système scolaire cruel où l’on entre innocent et dont on ressort en ayant fait de l’intimidation et de la brutalité un mode de vie?

Brutes est un roman d’apprentissage inversé, où les élèves découvrent qu’au lieu de chercher la maturité et la sagesse, mal tourner est le meilleur moyen de s’en sortir. »

Lire la suite

Publicités

« Il était une fois dans le métro » de Karen Merran

il-etait-une-fois-dans-le-metro-de-karen-merran_5335910-L

 

Quatrième de couverture:

Ce que la pétillante Maya préfère dans sa routine quotidienne « métro, boulot, dodo », c’est le métro. Elle aime observer les gens et imaginer leur vie. Chef de produits capillaires au sein du service marketing de Beauty Corporation, c’est aussi dans le métro qu’elle trouve les idées de shampoings ou de soins les plus innovantes. Un matin, à la station Saint-Lazare, elle se fait voler son portable, et voit un homme courir pour rattraper son agresseur. C’est ainsi qu’elle fait la connaissance de Roger, un SDF qui gagne sa vie en vendant le Guide des restos pas chers… Roger l’émeut, et elle décide de l’aider en élaborant une stratégie: trouver une idée originale qui lui permette de sortir de l’impasse. Un projet bien ambitieux, et pas très réaliste. Mais la générosité peut devenir contagieuse, et parfois provoquer de belles surprises.

Lire la suite

« Hier encore, c’était l’été » de Julie de Lestrange: un roman à lire cet été!!

hier encore

 

Bon nombre d’auteurs, aujourd’hui très présents sur les étals des librairies et dans les médias, ont commencé par un premier roman, un tout premier…leur bébé, celui dans lequel ils ont mis toute leur énergie et talent. Bon nombre également se sont fait connaître au départ grâce à l’auto-édition (Agnès Martin-Lugand pour ne vous citer qu’un exemple parmi tant d’autres).

Le roman que je souhaite vous présenter aujourd’hui fait partie de ces perles littéraires qui, pour moi, sortent du lot et méritent que l’on en parle.

Julie de Lestrange m’a gentiment envoyé son roman et le titre m’a tout de suite apporté un sentiment de bien-être: une sensation de chaleur (la couverture y contribue), de bons souvenirs d’enfance et d’insouciance.

Lire la suite

« Le fossoyeur » d’Adam Sternbergh

le fossoyeur

 

Reçu dans le cadre d’un partenariat avec les Editions Denoël, ce roman dont la couverture nous annonce un contexte apocalyptique et dont les droits d’adaptation cinématographique ont été acquis par Hollywood dès sa parution, a eu un succès fou aux Etats-Unis!

Je lis rarement de thriller et encore moins de science fiction, mais ce roman là avait l’air différent…peut-être par son titre accrocheur, ou par sa quatrième de couverture qui m’a donné envie d’en savoir d’avantage.

Et je n’ai pas été déçue!! Un roman très bien mené avec le suspens et la tension nécessaire pour me mener d’une traite jusqu’à la fin.

Nous nous immergeons dans un New-York futuriste, un futur dans lequel les rues de Manhattan sont quasi désertes , dont la plupart des habitants on fait leurs bagages suite à une série d’attentats sur Times Square et dont le peu de personnes restantes passent le plus clair de leur temps à voyager dans une dimension pré-programmée…Je vous laisse le soin de découvrir ce monde particulier en lisant ce livre… Lire la suite

« L’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes » de Karine Lambert

l'immeuble

 

Envoyé récemment par Livre de Poche, ce premier roman de Karine Lambert m’a emmené le temps de quelques heures dans un univers original.

L’on peut facilement imaginer qu’un immeuble comme celui du roman puisse exister. Un immeuble dans lequel tous les habitants sont des femmes et exclusivement des femmes, totalement interdit aux hommes même à un plombier ou un peintre. Chacune de ses femmes, plus ou moins jeunes, porte ses casseroles et ses déceptions amoureuses, se refusent à côtoyer de nouveau l’amour et préfèrent vivre entre elles, illusoirement protégées par une solidarité féminine.

La volonté de trouver l’amour qu’a la nouvelle arrivante, Juliette, au détriment des discours de ses voisines va chambouler les habitudes de ces dernières et entraîner une rétrospective sur le vécu de ces femmes. Lire la suite

« Le vieux qui déjeunait seul » de Léa Wiazemsky

le vieux

 

Un très beau livre qui m’a été envoyé récemment par les éditions Michel Lafon et qui m’a permis de découvrir ce premier roman de Léa Wiazemsky et quel premier roman!!

Une magnifique histoire d’amitié entre une jeune trentenaire et un vieil homme de quatre-vingt ans. Elle est serveuse dans un restaurant parisien, lui vient y déjeuner tous les lundis. Ils s’observent l’un l’autre, se fascinent mutuellement sans se connaître et chacun attend avec impatience chaque lundi midi pour profiter de la présence de l’autre sans pour autant oser se parler.

Clara est une femme belle et souriante mais renferme une tristesse et des blessures que les hommes et le temps n’arrivent à effacer…lui cache une histoire douloureuse et les années passées n’ont pas réussi à lui redonner le goût de la vie tant espéré.

La vie réserve parfois des rencontres qui peuvent bouleverser l’avenir, des amitiés intenses et fusionnelles qui transforment à jamais les personnes. Clara et Clément se sont trouvés. Clara découvre en Clément le grand-père qu’elle n’a jamais eu et Clément, quant à lui, trouve en Clara l’enfant et la petite fille jamais eue.

Chacun sans le vouloir et en se dévoilant sous son véritable visage va apporter à l’autre le bonheur nécessaire pour trouver la sérénité.

Une magnifique leçon de vie, une amitié merveilleuse qui redonne des ailes à la fois à ses deux narrateurs mais aussi au lecteur. Leurs blessures portent pour point commun les méfaits de la Seconde Guerre Mondiale et l’on peut parler ici d’âme sœur en matière d’amitié.

Dès les premières lignes mon attention a été totale et j’ai été émue aux larmes sur certains passages.

J’ai adoré ce roman et pour vous donner envie de le lire à votre tour, voici quelques extraits qui m’ont particulièrement marquée:

 » Ce que j’ai lu cet après-midi dans le regard de Clément posé sur moi, jamais je ne l’avais vu ailleurs. Une tendresse et une pointe de fierté à mon égard qui m’ont donné le sentiment d’être capable de déplacer des montagnes. La façon dont il s’est redressé lorsque les petites dames l’ont complimenté à mon sujet! Moi aussi j’ai été touchée par cette remarque. nos cœurs sont de la même famille. Je ne me suis pas trompée. »

 

« En me couchant j’ai compris pourquoi le destin nous avait mis face à face. Elle est là pour éclairer de sa jeunesse mes derniers élans de vie, et moi pour lui permettre de se pardonner et de s’aimer enfin! »

 

Ce roman sort le 2 Avril 2015 en librairie!!

Un grand merci aux éditions Michel Lafon pour l’envoi de ce livre!

 

Bonne lecture !!

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

« Palissade » de Franck Villemaud

sans-titre

 

Encore un auteur que je ne connaissais pas et dont le roman « Palissade » m’a plu du début à la fin !

Nous faisons ici la connaissance de Fred, homme de quarante ans, qui décide de nous faire un flashback sur les quelques jours précédant son décès à savoir sa nouvelle vie d’homme célibataire après une rupture difficile et un bref séjour en hôpital psychiatrique pour soigner sa dépression post rupture.

Une entrée en matière originale car nous avons ici un mort qui parle !

Il vient de s’installer dans un petit appartement en rez-de-chaussée avec petite terrasse dans une résidence très calme avec pour seul voisin derrière la palissade un homme d’une vingtaine d’années son aîné, ce dernier étant plutôt discret, notre narrateur ne l’ayant encore jamais aperçu.

Fred passe ses journées à fumer, jouer de la guitare et faire venir chez lui des femmes qu’il rencontre via internet afin de passer du bon temps.

Lors d’une journée comme les autres, son voisin Rolland se présente à lui avec une bouteille à la main et les deux hommes font connaissance sur la terrasse de Fred. Rolland est quelque peu excentrique, est visiblement un alcoolique invétéré mais malgré son attitude envahissante, Fred se prend de sympathie pour cet homme mystérieux.

Les apéros se succèdent soirs après soirs, les gueules de bois également mais Rolland ne semble pas se rendre compte que sa présence devient pesante et que notre narrateur aurait grand besoin de soirées tranquilles. Sa décision de rester quelques jours sans voir son voisin va avoir une répercussion désastreuse auprès de Rolland, ce dernier devenant même jaloux lorsqu’il découvre que Fred passe ses journées avec une charmante demoiselle.

Voyeur, violent, agressif, Rolland semble ne plus se contrôler et les évènements vont s’enchaîner en cascade.
J’ai lu ce roman d’une traite, l’écriture est fluide et l’histoire très prenante. L’auteur prend même le soin de nous glisser entre les lignes des propositions de morceaux de musique qui, pour notre narrateur, entretient l’idée que cette période de sa vie pourrait être adaptée au cinéma.

J’ai d’ailleurs été heureusement surprise lorsque j’ai appris que ce roman allait être adapté au théâtre en Avril 2015 à Limoges. Une merveilleuse idée selon moi car je m’imaginais totalement voir cette histoire au théâtre !

Un roman riche en rebondissements et très intense, une tension qui monte crescendo au fur et à mesure que l’on s’approche de la date fatale.

Une fin à couper le souffle qui me fait vous conseiller aujourd’hui ce roman de Franck Villemaud.
Un grand merci aux Editions Taurnada pour l’envoi de ce livre et pour cette belle découverte!!

Bonne lecture!!

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

 

 

Cet article a également été publié sur L’ivre de Lire

 

 

live_de_lire_concept

 

 

« Pour une liberté » de Mathieu Mériguet

pour une liberté

J’ai été contactée il y a quelque temps par un auteur, Mathieu Mériguet qui ma gentiment envoyé son roman « Pour une liberté ».

J’aime toujours découvrir de nouvelles plumes  surtout quand ces dernières ne sont pas médiatisées.

Dans ce roman qui peut être classé à la fois dans le roman d’amour et le roman à suspens, nous faisons la connaissance de Quentin et Caroline, jeune couple vivant en région parisienne qui décide d’aller rejoindre la demeure familiale de Quentin en province, ces deux derniers ne supportant plus la jungle parisienne. Caroline est dépressive suite à une agression dans son quartier, le couple bat de l’aile suite à une infidélité de Quentin. Ils espèrent tous deux que ce déménagement leur permettra de repartir sur de bonnes bases et que l’air de la campagne leur fera oublier les mauvais souvenirs.

Sur place, ils retrouvent Paul, le frère de Quentin qui tient la maison familiale. Vrai homme des bois et célibataire endurci, Paul laisse libre cours à l’installation de ses nouveaux colocataires et passe le plus clair de son temps dans la forêt dans laquelle il trouve une communion toute particulière avec la nature. Les semaines passant, Quentin et Caroline trouvent Paul de plus en plus étrange et secret et lorsque Quentin décide de le suivre de nuit dans les bois pour découvrir de quoi il retourne, ce dernier va faire une découverte des plus atroces.

Entre révélations et secrets, ce livre ne manque pas de rebondissements. Les infidélités de Quentin avec Marina, son ancien amour, les véritables raisons sur l’emprisonnement de Paul quelques années auparavant, les suspicions concernant le meilleur ami de Paul, les flashbacks sont fréquents qui donnent malheureusement lieu dans la première moitié du livre à des répétitions qui ont gêné quelque peu ma lecture. Dans la deuxième partie du roman, le rythme s’accélère et l’intrigue évolue mais la façon dont l’histoire avance et  dont les protagonistes tentent de  trouver des solutions m’a parfois semblé folle et totalement dénuée de raison.

Mais la fin m’a totalement scotchée dans le sens où c’était exacte ment ce que je voulais qu’il se produise mais voyant le nombre de pages me séparant de la fin diminuer, je pensais que cette fin n’arriverai pas.

Une lecture agréable en somme mais qui ne m’a pas non plus laissé un souvenir impérissable et ce beaucoup à causes des répétitions fréquentes.

Je remercie grandement Mathieu Mériguet pour m’avoir envoyé ce roman.

Bonne lecture!

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

« Notre-Dame-des-Lettres » de Fémi Peters: une auteure à découvrir

femi peters

Une belle découverte que ce roman de Fémi Peters.
Premier roman de cet écrivain, le quatrième de couverture avait attisé ma curiosité : « L’adolescent, fasciné, avait écouté le guide régional leur parler d’un couvent un peu particulier qui se trouvait à l’orée du village. Un couvent qui n’accueillait que des écrivains… »
De quoi avoir envie de découvrir ce livre.
Nous faisons donc la connaissance de William, jeune ado de 16 ans, qui décide d’entrer au couvent de Notre-Dame des Lettres, un couvent réservé exclusivement aux écrivains ou à ceux en passe de le devenir et désireux de faire le vœu de Littérature.
Willy découvre à son entrée les préceptes de cette demeure accompagnée par la fondatrice et malgré son jeune âge, une euphorie toute particulière l’envahie à l’idée de passer sa vie à se consacrer à la lecture et à l’écriture de ses futurs romans.
Comme tout lecteur qui se respecte, l’idée fait rêver… vivre de lectures et d’écritures. Qui n’en a jamais eu envie ?
L’imagination de l’auteur va loin dans le sens où les frères et sœurs du couvent portent des robes tels des moines, ont une cellule attitrée, vont à la messe tous les matins en priant Notre-Dame de la Littérature dont la statue trône au milieu de la pièce. La comparaison avec la religion catholique y est évidente sans aucune allusion à cette dernière bien évidemment mais tout y est transformé et rapporté à la Littérature et pour cela, je trouve l’idée incroyable et bien trouvée.
« La Littérature…Willy était si fasciné qu’il resta un moment sans détacher les yeux de la statue. Il s’avisa enfin qu’il y avait à ses pieds deux autres statues, un homme et une femme figés dans une attitude de soumission et de respect. L’homme, un genou à terre, portait une longue cape et son visage était dissimulé sous un masque. Il tenait la main de la femme dont les pieds semblaient à peine toucher le sol, comme prête à s’envoler. Ses cheveux ondulaient dans le vent. Comme l’adolescent fronçait les sourcils, se torturant l’esprit pour deviner qui étaient ses deux personnages, Gabrielle lui fournit la clé de l’énigme. « Ce sont le Style et l’Inspiration qui servent comme nous la Littérature. »
Intelligent et doté d’un certain sens du leadership, Willy devient au fil des années une figure importante au sein du couvent et souhaite plus que tout faire connaître au monde extérieur l’existence de ce couvent et ainsi la vie consacrée à la Littérature.
On peut bien sûr soulever la question, comme je me la suis posée moi-même de pourquoi vivre reclus pour vivre des livres alors que le monde des livres reflète une certaine forme de liberté ? Une liberté de l’esprit bien sûr. En effet, les frères et sœurs n’ont pas le droit d’envoyer un trop grand nombre de lettres à leurs proches qu’ils sont autorisés à voir trois fois par an et les liens avec l’extérieur sont limités (d’où le principe du couvent me direz-vous). Willy entretien une correspondance avec ses parents et deux amis proches et l’ont peux se poser cette question : vivre une vie épistolaire avec ses proches et vivre dans ce couvent fournit-il suffisamment de matière à alimenter l’imagination nécessaire à l’écriture d’un livre?
Mais je pousse le questionnement peut-être un peu loin et souhaite revenir sur les points du roman que j’ai beaucoup aimé à savoir certaines précisions de l’auteur concernant cette vie au couvent. Il y a en effet la création d’une salle de frustration au sein du couvent qui m’a faite sourire. Une salle permettant de relâcher la pression lorsque l’on est en panne d’inspiration. L’angoisse de la page blanche… ou encore la création de Jeux Olympiques Littéraires, d’ateliers littéraires pour les jeunes quelque peu perdus.
Pour un premier roman, Fémi Peters m’a impressionnée : son style est bien construit, l’écriture intéressante et j’ai passé un excellent moment avec ce livre que j’ai lu d’une traite. C’est la magie que font opérer certains livres…lorsque vous les ouvrez, vous ne pouvez les refermer qu’une fois la dernière page tournée.

 

Un grand merci à Fémi Peters pour m’avoir envoyé son roman.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

« Sortie Noire » de Christian Laurella

Un thriller aujourd’hui pour mon retour sur la toile. Un roman envoyé par les éditions Taurnada qui a éveillé ma curiosité.
Daniel vit en prison depuis vingt ans. Les années carcérales ont eues raison de lui et c’est un homme droit et raisonné qui se voit accordé une mise en semi-liberté. Redécouvrant la vie à l’extérieur lors de ses journées de travail, Daniel reprend peu à peu goût aux contacts humains mais une ombre au tableau vient perpétuellement hanter ses pensées : les raisons de son incarcération. Une amnésie totale des années précédant son emprisonnement l’empêche de se rappeler le crime pour lequel il a été inculpé ainsi que sa vie de famille.
Vingt ans derrière les barreaux peuvent entraîner des perturbations de l’esprit et Daniel s’est créé un modèle de vie de famille durant son séjour en prison. Ses journées carcérales sont rythmées par les appels et les sorties dans la cour mais également par son quotidien familial auprès de sa femme et de ses deux enfants, ces derniers, tout droit sortis de l’imaginaire de Daniel, l’accompagnant du réveil au coucher.
Et si ses rêves de famille idéale créés en prison n’étaient en fait que le fruit de vrais souvenirs ?

 

sortie-noire
Parallèlement au suivi de Daniel, nous rencontrons Marlène, domestique d’une riche veuve Elisabeth. Les jours se suivent et se ressemblent jusqu’au jour où sa maitresse reçoit une lettre que Marlène décide d’ouvrir en cachette. Cette dernière stipule la mise en semi-liberté d’un certain Daniel Pessard. Devant l’énigme soulevée et le trouble évident de sa maîtresse à la lecture de cette lettre, Marlène décide de mener sa propre enquête pour ainsi découvrir qui est ce fameux Daniel Pessard.
Son enquête ne sera pas vaine et ce qu’elle va découvrir va lui glacer le sang…
Un thriller bien mené. J’aime me mettre à la place des personnages, ressentir leur effroi et leurs inquiétudes, tenter de deviner qui peut être l’auteur des crimes. J’ai donc été quelque peu déçue de voir que la plupart des suspens étaient révélés trop vite mais j’avoue avoir été étonnée de la fin, croyant l’avoir devinée, j’ai été surprise par les rebondissements.
J’ai passé un bon moment avec ce livre et j’ai beaucoup apprécié découvrir le personnage de Daniel qui devient de plus en plus attachant au fil du livre et qui dégage une vraie humanité.
Je remercie les éditions Taurnada pour l’envoi de ce roman et pour la découverte de cet auteur Christian Laurella.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !