« Je l’ai fait pour toi » de Laurent Scalèse

9782714473165

 

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un roman de Laurent Scalèse. Un auteur que je ne connaissais pas et qui nous démontre que le crime parfait n’existe pas.

Quatrième de couverture:

  Première loi:

le crime parfait n’existe pas. 

Deuxième loi:

le criminel parfait n’existe pas.

Troisième loi:

l’enquêteur doit donc concentrer ses efforts non pas sur le crime, mais sur le criminel.

  Bienvenue à Lazillac-sur-Mer, dans l’univers du commandant Samuel Moss dont les armes sont le charme, la séduction et l’art du détail: rien ne lui échappe, que ce soit sur une scène de crime ou au quotidien. 

  Cette histoire débute quand la romancière à succès Jade Gravier est retrouvée morte chez elle, dans son bureau, suicidée. Après avoir inspecté les lieux à sa façon, Samuel Moss conclut qu’il ne s’agit pas d’un suicide mais d’un homicide, dont il identifie immédiatement le coupable. 

  Le plus compliqué, maintenant, pour Samuel Moss, est de comprendre comment le meurtrier a procédé et de prouver sa culpabilité, avec élégance bien sûr, et surtout sans salir ses nouvelles chaussures sur la plage de Lazillac…

Mon avis:

  Un bon thriller quoi qu’un peu téléphoné. L’enquêteur Samuel Moss sait dès le début qui est l’assassin et nous évoluons avec lui dans sa quête pour le piéger.  L’enquête est intéressante , bien menée  mais il m’a manqué quelque chose… peut être encore un peu plus de suspens. Samuel Moss, en plus d’être inspecteur, donne des cours de criminologie et j’ai eu l’impression d’être un de ses élèves, que l’auteur nous a présenté cette enquête comme démonstration à cette fameuse phrase « Le crime parfait n’existe pas ».

La personnalité de Samuel Moss est atypique mais colle parfaitement au personnage: maniaque, exigent envers lui-même et les autres et il ne lâche rien.

Sa nouvelle collègue tout dernièrement arrivée va se heurter à cette personnalité si particulière mais les deux vont réussir à se faire confiance et à unir leurs travaux pour coincer l’assassin.

Pas grand chose de plus à dire sur ce roman avec lequel j’ai passé un bon moment sans pour autant avoir de coup de coeur.

Petit extrait:

  « Depuis l’apparition de l’homme sur la Terre, les raisons qui le poussent à tuer son prochain sont immuables. La haine, la jalousie, la cupidité, la folie passagère, la cruauté, l’incapacité à distinguer le bien du mal. Mon métier m’a appris qu’il y a deux catégories de meurtres. Le meurtre prémédité et le meurtre impulsif. Le premier est de loin le plus intéressant. La préméditation suppose une préparation mentale et physique, le but étant de ne pas commettre d’erreur. Cela nous amène au sujet du jour, le crime parfait. Le crime qui semble impossible à résoudre, ou mieux, celui qui passe inaperçu, celui dont on ne se doute même pas que c’est un crime. 

Il sauta du bureau, le contourna.

– Certains pensent qu’il s’agit d’une réalité, d’autres d’un mythe. 

Il se planta devant le tableau noir à panneaux coulissants puis écrivit à la craie, en gros pour que tout le monde puisse lire:

Le crime parfait existe-t-il? 

« Je l’ai fait pour toi », Laurent Scalese, Editions Belfond, Septembre 2016, 349 pages.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s