« Le chant du rossignol » de Kristin Hannah

le chant

Un coup de coeur, une merveille, une pépite, un livre à lire absolument pour les amateurs de romans historiques et de destins de vie. La Seconde Guerre Mondiale gronde, les Allemands envahissent Paris puis les villages. Deux soeurs vont tenter de survivre dans ce chaos et prendre deux chemins différents.

Quatrième de couverture:

« France, 1939. Dans un village de la Loire, Vianne Mauriac fait ses adieux à son mari qui part au front et se retrouve seule avec sa fille. Très vite, elle est forcée  d’accueillir un officier allemand sous son toit. Et fait le choix de protéger sa fille à tout prix…

  Sa soeur Isabelle, 18 ans, s’installe à Paris le jour de l’entrée des Allemands dans la ville. Impétueuse et pleine d’idéaux, elle s’engage dans la Résistance sous le  nom de code « Le Rossignol ».

  Deux soeurs, deux destins. Chacune jouant sa propre survie dans la France occupée. »

Mon avis:

Un vrai coup de coeur! Une lecture magnifique et un déchirement de quitter ces personnages lors de la fermeture du livre.

Si vous lisez régulièrement ce blog, vous savez que la Seconde Guerre Mondiale est un sujet qui m’intéresse et me touche tout particulièrement. Aussi, suivre le destin de ces deux soeurs qui se battent pour vivre et survivre en temps de guerre m’a énormément émue et passionnée.

Vianne et Isabelle sont deux soeurs que tout oppose: l’âge, le caractère, leur vision du monde et leur façon d’envisager leur survie pendant la guerre. Vianne veut rester dans sa maison de Carriveau malgré l’arrivée des allemands et veut protéger sa fille plus que tout et rester aussi auprès de son amie Rachel, juive terrorisée par la politique anti-juive. Isabelle, quant à elle, militante dans l’âme, veut à tout prix faire partie de la Résistance et décide de monter à Paris pour apporter sa pierre à l’édifice.

Des femmes courages, chacune à sa façon, des destinées incroyables et des moments d’horreur et de terreur permanents. L’une contrainte d’héberger un allemand chez elle, se force à faire bonne figure malgré sa haine des nazis, l’autre fait partie de la Résistance au péril de sa vie.

Ce roman, en plus de nous parler de la guerre nous parle aussi de la relation entre ses deux soeurs si différentes et pourtant si semblables. Un passé commun douloureux mais qui va les rapprocher malgré tout, un amour de la famille indéfectible, une envie animale de survivre et de sa battre contre ce destin qu’elles n’ont pas choisi.

L’invasion des allemands dans ce petit village de Carriveau est criant de vérité, la terreur qu’ils installent peu à peu est palpable et la collaboration des policiers français avec les allemands est à faire frissonner.

Des relations improbables vont se nouer, la véritable nature des individus prenant le dessus.

Un livre très beau et touchant, une lecture dont je me souviendrai longtemps et que je vous conseille grandement.

Bonne lecture!

 

Petit extrait:

« Dehors, Rachel était assise dans son fauteuil en bois préféré, sous le marronnier. A ses pieds se trouvait sa boîte à couture. Elle portait une combinaison-pantalon en sergé kaki et un turban en motif cachemire. Elle fumait une petite cigarette roulée brune. A côté d’elle étaient posés une bouteille d’eau-de-vie et un verre vide.

– Rachel?

– Sarah est allée chercher du renfort, à ce que je vois.

Vianne vint se poster à côté de Rachel. Elle posa une main sur l’épaule de son amie. Elle sentit que Rachel tremblait.

– C’est Marc?

Rachel fit non de la tête.

– Dieu merci!

  Rachel prit la bouteille d’eau-de-vie à côté d’elle et se servit un verre. Elle but à longs traits, vida le verre puis le reposa.

– Ils ont instaurés une nouvelle loi, dit-elle enfin.

  Lentement, elle ouvrit sa main gauche pour révéler des morceaux de tissu jaune froissés qui avaient été découpés en forme d’étoile. Sur chacun d’eux était inscris en noir le mot JUIF. »

 

 » Elle s’arrêta sous le pommier chargé de morceaux de tissu. Au cours de années où elle avait attaché ces lambeaux aux branches, l’arbre était mort et ses fruits étaient devenus amers. Les autres pommiers étaient en pleine santé, mais celui-ci, l’arbre du souvenir, était aussi noir et abîmé que la ville bombardée qui se trouvait derrière lui. »

 

Le chant du rossignol, Kristin Hannah, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Matthieu Farcot, Editions Michel Lafon, Avril 2016, 523 pages.

 

Publicités

8 réflexions sur “« Le chant du rossignol » de Kristin Hannah

  1. ALittleBitDramatic (@a_dramatic) dit :

    Ce roman aussi m’a l’air très sympa ! J’aime beaucoup les romans se passant durant cette période, même si elle n’est pas des plus évidentes. En général, elle inspire toujours très bien nos auteurs. Et j’entends beaucoup de bien de ce roman donc forcément, ça pique la curiosité, à force… ^^

      • ALittleBitDramatic (@a_dramatic) dit :

        Je viens seulement de voir que tu avais répondu à mes commentaires ! ! ^^ Désolée… eh bien, ne me remercie pas, c’était un plaisir pour moi de passer sur ton blog et je pense que je reviendrai assez souvent…nous avons des goûts assez similaires visiblement et j’aime beaucoup ta page, qui est très agréable !
        A très vite ! ! Si tu veux passer me voir, tu es la bienvenue aussi sur le Salon d’A-Little-Bit-Dramatic ! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s