« Les intéressants » de Meg Wolitzer

interessants

Je vous présente aujourd’hui un des livres de la sélection de Juillet pour le prix des lecteurs Livre de Poche. Ce roman a été sélectionné pour ce mois de Juillet et j’en suis ravie car j’avais voté pour celui-là.

Un beau roman sur l’amitié, une véritable fresque contemporaine sur les relations d’amitié qui évolue au fil des années, les joies et les peines partagées mais aussi de la jalousie qui s’immisce au sein d’un groupe d’amis.

Quatrième de couverture:

« Durant les années 1970, Julie, 16 ans, passe une partie de son été à Spirit in the wood, une colonie de vacances. Elle y fait la connaissance d’un groupe de cinq jeunes adolescents qui se sont baptisés «Les Intéressants», par défi vis à vis des autres pensionnaires : Ethan, un surdoué des films d’animation, Goodman et sa soeur Ash, ainsi que Jonah, le fils d’une célèbre chanteuse folk icône de la contre culture, et enfin Cathy, une très belle fille qui rêve de devenir danseuse.

Julie – rebaptisée Jules par les Intéressants – est fascinée par ces jeunes gens de son âge, cultivés, ironiques, talentueux et sûrs d’eux.

Le roman suit l’évolution des Intéressants pendant près de quarante ans. Ethan épousera Ash. Ensemble, ils connaîtront le succès, même si Ethan reste profondément amoureux de Jules. Goodman, lui, devra faire face à la justice. Jonah sera détourné de la musique.  Et Jules…  Jules se cherchera pendant de longues années et racontera leur histoire à tous.

Que deviennent les talents et les aspirations de chacun ? Un don de jeunesse peut-il constituer le socle de toute une vie ? Et comment peut-on y rester fidèle malgré les choix qu’impose la vie adulte ? Chacun trahira à sa manière l’adolescent qu’il fut. 

Une fresque impressionnante, à la fois réaliste et sensible. Le roman d’un écrivain au sommet de son art. »

 

Mon avis:

Comme « Hier encore, c’était l’été » de Julie de Lestrange ou encore « Bonheur National brut » de François Roux, ce roman de Meg Wolitzer parle d’amitié et l’on suit ces adolescents pendant plusieurs  décennies. Une approche que j’aime bien retrouver et là encore je me suis attachée aux personnages tous originaux et avec chacun leurs faces cachées.

C’est Julie qui nous raconte l’histoire de ces « intéressants », surnom adopté pendant une colonie de vacances durant laquelle se sont tissés ces liens d’amitié. Julie, dites aussi Jules, est timide, manque de confiance en elle et a tendance à comparer la vie de ses camarades avec la sienne. Elle n’est pas assez riche, pas assez belle, pas assez intéressante à son goût. Etre avec Ash, Ethan, Goodman et Jonah lui procure ce qui lui manquait: se sentir importante au sein d’un groupe.

Pourtant, à l’âge adulte, Jules ne peut s’empêcher de jalouser ses amis Ash et Ethan, mariés et devenus riche grâce au talent d’Ethan pour le dessin et la création de films d’animations. Malgré son amitié indestructible envers eux, Jules se demande ce qu’il serait advenue d’elle si c’était elle qui avait épousée Ethan. Elle ne serait sûrement pas autant en difficulté que maintenant, étriquée dans un petit appartement avec deux enfants et un mari dépressif.

Le frère d’Ash, Goodman va avoir des déboires avec la justice et Jonah quant à lui dévoile ses secrets peu à peu, secrets gardés pendant des années, pour réussir enfin à s’accepter tel qui est.

Un livre très bien écrit qui parvient à nous intégrer totalement dans ce groupe des intéressants. Leurs vies et leurs déboires passionnent et il est difficile de lâcher ce livre avant la dernière page. La différence de niveau de vie entre Jules et ses amis n’entame en rien leur amitié, chose qui aurait pu se produire dans bien d’autres couples d’amis et ils en sont fiers. Les secrets de famille sont bien gardés mais pèsent sur les personnes ayant promis de ne rien dire. Chacun est là pour l’autre et jusqu’au bout l’amitié est indestructible.

Un magnifique roman…

Bonne lecture!

Petit extrait:

« Les rencontres que l’on fait enfant peuvent sembler idéales, car on est tous égaux et on crée des liens basés seulement sur notre affection réciproque. Mais plus tard, le fait de s’être connus durant l’enfance peut devenir la pire des choses car parfois tes amis et toi, vous n’avez plus rien à vous dire, à part « Tu te souviens de la rigolade en troisième, quand tes parents sont rentrés alors qu’on était complètement bourrés? ».  S’il n’y avait pas la nostalgie du passé, ça s’arrêterait. »

 

« Les intéressants, Meg Wolitzer, Livre de Poche 2016, Rue Fromentin 2015.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s