« La petite marchande de rêves » de Maxence Fermine

la petite marchande

 

Une très belle petite histoire dont je vais vous parler aujourd’hui. Envoyé par les Editions Michel Lafon, ce livre concentrant les trois tomes m’avait donné envie et même si l’écriture est évidemment plus orientée pour les enfants, j’ai aimé cette histoire qui m’a fait retomber en enfance le temps de ma lecture.

 

Quatrième de couverture:

« Le jour de ses onze ans, Malo tombe dans la Seine. Aspiré dans un toboggan, quand il ouvre les yeux il découvre un monde en noir et blanc, éclairé par une lune de diamants. Il vient de pénétrer au Royaume des Ombres, un lieu magique où les habitants sont aussi étranges que fascinants, surtout Lili, la petite marchande de rêves au regard d’or qui capture les songes… »

Mon avis:

Une très belle histoire que celle de Malo raconté par Maxence Fermine. S’inspirant d’un rêve qu’avait fait une de ces filles, il a créé ce personnage et ce monde parallèle rempli de personnages étranges et atypiques. Un chat gérant d’un bar, un arbre qui parle, des rêves à attraper avec des filets à papillon, autant de choses étranges qui nous transportent dans cet univers incroyable.

Même si comme je vous l’ai dit précédemment, le style et l’écriture sont plus adaptés à des enfants, j’ai beaucoup aimé partager l’histoire de Malo et les dessins incorporés dans le roman agrémentent la magie du livre.

Trois tomes sont regroupés en un. Nous suivons donc Malo dans ses trois expériences au Royaume des Ombres et sa rencontre avec Lili, la petite marchande de rêves.

Malo se sent seul dans sa vie: des parents trop occupés par leur travail, pas de frères et sœurs; cette immersion au Royaume des Ombres va lui apporter ce qui lui manquait: des rêves qui deviennent réalité, de l’aventure lors de ces face à face avec des spectres tous plus méchants les uns que les autres et des rencontres qui vont le transformer.

Pour les amateurs de littérature jeunesse et des belles histoires d’aventures, je vous conseille cette petite bulle de rêves.

« Lorsqu’on disparaît pour la première fois, on fait un rêve.

La deuxième fois, on ne rêve plus.

La troisième fois, on ne vit plus que dans les rêves des gens qu’on a connus. »

FullSizeRender (1)

 

FullSizeRender (2)

Petit extrait:

« – C’est très simple. Lorsque les gens meurent, leurs rêves s’envolent dans le ciel comme des lucioles. C’est alors que j’interviens. Munie d’un filet à papillon, je déambule dans les cimetières à la recherche des rêves des défunts. Puis, quand je les ai attrapés, je les enferme dans de petites boîtes en fer afin qu’ils ne s’échappent plus. Ensuite, il suffit d’ouvrir la boîte pour que le rêve s’envole vers l’âme la plus proche et la rende belle.

– C’est vrai? Un simple rêve peut rendre heureux? 

– Si c’est celui qui te correspond , oui. Mais attention, il faut être prudent avec ces boîtes, car certaines d’entre elles abritent des cauchemars. Et aussi, parfois, cela déteint sur les habits.

  Voilà donc pourquoi elle avait un regard d’or, une robe couleur de neige, des collants verts et des chaussures violettes. Ses habits et ses yeux étaient tachés de rêves. »

 

Je remercie les Editions Michel Lafon pour cet envoi.

Paru le 12/11/2015

Publicités

3 réflexions sur “« La petite marchande de rêves » de Maxence Fermine

  1. Couloigner Anaïs dit :

    Moi qui n’est jamais en reste de littérature jeunesse (qu’il est bon de retomber en enfance le temps d’une lecture !), rien que le titre vend du rêve ahah ! Je l’ajoute illico à ma liste ! Merci pour tous ces partages…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s