« Les enfants de l’eau noire » de Joe R. Lansdale

les enfants de l'eau noire

Je vous présente aujourd’hui un roman suspense, un roman plein de frissons envoyé par les Editions Denoël.

 

Quatrième de couverture:

« Texas, année 1930, Elevée dans la misère au bord de la Sabine, qui s’écoule jusqu’au bayous de Louisiane, May Linn, jolie fille de seize ans, rêve de devenir une star de cinéma. Un songe qui s’achève brutalement lorsqu’on repêche dans le fleuve son cadavre mutilé. Ses jeunes amis, Sue Ellen, Terry et Jinx, en rupture familiale, décident alors de l’incinérer et d’emporter ses cendres à Hollywood. May Linn ne sera jamais une star, mais au moins elle reposera à l’endroit de ses rêves…

Volant un radeau mais surtout le magot d’un hold-up, la singulière équipe s’embarque dans une périlleuse descente du fleuve, le diable aux trousses. Car non seulement l’agent Sy, flic violent et corrompu, les pourchasse, mais Skunk, un monstre sorti de l’enfer, cherche à leur faire la peau. Quand vous décidez de faire vôtres les rêves d’un autre, ses pires cauchemars peuvent aussi profiter du voyage. »

 

Mon avis:

J’ai passé un bon moment avec cette lecture même si elle n’est pas un coup de cœur non plus. Partir à l’aventure avec ses trois ados portant chacun leur lots de déboires familiaux m’a beaucoup plu et Joe R. Lansdale sait passionner son lecteur.

Sue Ellen vit entre un père violent et alcoolique et une mère atone, Terry supporte tant bien que mal son beau-père et ses demi-frères et des rumeurs courent sur son homosexualité; Jinx quant à elle, ne supporte plus de se sentir exclue à cause de sa couleur de peau et est persuadée qu’un autre Etat lui permettrait de s’affirmer en tant que femme noire.

Beaucoup de rebondissements dans ce livre, parfois auxquels on s’attend, d’autre pas du tout. Certaines scènes très stressantes m’ont tenue en haleine. La fuite des trois protagonistes et la peur permanente d’être débusqués et tués apporte une dynamique envoûtante mais certaines scènes d’horreur m’ont gênée car très violentes et sanglantes, sûrement parce que je ne m’y attendais pas (j’aime pourtant beaucoup les thrillers).

Ce qui m’a plu, outre l’aventure incroyable que vivent ces personnages, c’est le côté humain du livre. L’amitié au travers de toutes les épreuves, le pardon, l’acceptation malgré de violentes révélations, l’amour et la tolérance des différences de chacun.

Un roman intéressant, stressant, sanglant et pleins d’aventures mais qui ne marquera pas plus que ça mon aventure littéraire.

Bonne lecture!

 

Petit extrait:

 » Il ne parle pas beaucoup, sauf avec les gens qu’il va tuer. On dit qu’il ne sait pas vraiment parler, d’ailleurs, il fait juste de drôles de bruits avec sa bouche. (…) Skunk n’est pas du genre à abandonner une piste, même s’il peut s’en détourner un certain temps quand il commence à s’ennuyer. Mais une fois que ça l’excite de nouveau, il se remet au boulot.  » Il finit toujours par revenir et il ne renonce pas tant qu’il n’a pas attrapé la personne qu’il cherche. »

Titre: les enfants de l’eau noire

Auteur: Joe R. Lansdale

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Bernard Blanc

Publié le 03/09/2015 aux Editions Denoël Sueurs Froides

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s