L’échappée belle d’Anna Gavalda

I-Grande-50241-l-echappee-belle_net_

Je ne crois pas vous avoir encore parlé d’Anna Gavalda. On m’a offert ce livre à Noël et le titre « l’échappée belle » me promettait une envolée littéraire.

Les personnes ayant des frères et sœurs se reconnaîtront sûrement dans ce roman car l’auteur nous emmène, le temps d’un week-end, au cœur d’une fratrie qui se retrouve et re-parcours ses souvenirs. Fuyant un mariage de famille ennuyeux, Garance, Lola et Simon décident de s’éclipser et d’aller rendre visite à leur frère Vincent.

Jeune adulte fêtarde et sans responsabilités, Garance nous décrit son voyage ainsi que son ressenti face au temps qui passe et sa peur de voir sa complicité avec ses frères et sœur s’effriter par la vie adulte.

Sa peur de grandir, de ne pas trouver l’amour et d’affronter les difficultés de la vie lui font parcourir ses souvenirs d’enfance et repenser aux anecdotes drôles et touchantes qui ont pimenté ses premières années. Protégée mais aussi conseillée dans ses bêtises par Simon et Lola, les deux aînés toujours les plus exemplaires à ses yeux, Garance nous livre aussi ses quatre cents coups en compagnie de Vincent.

Remplie d’humour et de tendresse, Anna Gavalda arrive à nous mettre la larme à l’œil lorsque Garance écoute une compile de ses morceaux préférés réalisée par son frère, à nous fait sentir le parfum frais de l’herbe et le cliquetis d’une rivière tout en nous emmenant dans les souvenirs de Garance qui nous font repenser aux nôtres.

La vie d’adulte nous éloigne parfois des êtres les plus proches de nous mais chaque moment repassé avec eux nous apporte comme un retour en arrière où le temps ne passait pas et où l’insouciance était de mise.

Pas de mot, un simple regard et la complicité d’antan refait surface nous faisant comprendre que, malgré les années, ce lien ne disparaîtra jamais.

Bonne lecture !

Mon meilleur passage :

« Ce que nous vivions là, et nous en étions conscients tous les quatre, c’était un peu de rab. Un sursis, une parenthèse, un moment de grâce. Quelques heures volées aux autres…

Pendant combien de temps aurions-nous l’énergie de nous arracher ainsi du quotidien pour faire le mur ? Combien de permissions la vie nous accorderait-elle encore ? Combien de pieds de nez ? Combien de petites grattes ? Quand allions-nous nous perdre et comment les liens se distendraient-ils ?

Encore combien d’années avant d’être vieux ?

Et je sais que nous en étions tous conscients. Je nous connais bien.

La pudeur nous empêchait d’en parler, mais à ce moment précis de nos chemins, nous le savions.

Que nous vivions au pied de ce château en ruine la fin d’une époque et que l’heure de la mue approchait. Que cette complicité, cette tendresse, cet amour un peu rugueux, il fallait s’en défaire. Il fallait s’en détacher. Ouvrir la paume et grandir enfin.

Il fallait que les Dalton, eux aussi, partent chacun de leur côté dans le soleil couchant… »

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 réflexions sur “L’échappée belle d’Anna Gavalda

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s