Lorsque j’étais une oeuvre d’art d’Eric-Emmanuel Schmitt

Je découvre de plus en plus cet auteur incroyable et ces livres me surprennent tous plus les uns que les autres.

Eric-Emmanuel Schmitt me transporte à chaque fois dans des mondes différents où j’y trouve des messages puissants sur la vie, les hommes et l’intéraction que peuvent avoir les hommes entre eux.

J’avais déjà lu « Oscar et la dame en rose » ainsi qu' »Odette Toulemonde »  et « La Part de l’autre » que j’avais beaucoup aimé. Ce livre « Lorsque j’étais une oeuvre d’art » est encore différent et nous parle du désespoir d’un homme face à sa vie et son envie d’en finir.

Prêt à se jeter du bord d’une falaise après plusieures tentatives de suicide râtées, Tazio rencontre un artiste mondialement connu par ses excentricités qui lui propose un pacte, à savoir devenir lui-même une oeuvre d’art et lui permettre ainsi de reprendre goût à la vie.

Tazio accepte immédiatement mais c’est sans savoir les conséquences de sa décision.

Exhibé dans le monde entier, défiguré et transformé, Tazio va se retrouver tel un objet en cage, renonçant à ses conditions d’être humain, exhultant au début d’être aussi admiré mais déchantant très vite lorsqu’il se rend compte que sa vie ne lui appartient plus.

J’ai presque versé une larme sur certains passages lorsque l’on voit ce que certains hommes sont capable de faire pour leur quête de bonheur et aussi sur l’absurdité de certaines réflexions ou commentaires sur ce qui fait qu’un homme est un homme ou non.

J’ai bien aimé aussi le message de l’auteur sur ce qui est de l’abscence de confiance en soi de Tazio et la vérité sur ce que pense les gens de son entourage. Une réalité qui lui saute aux yeux et qui le fait se remettre en question sur les raisons de sa vision dégradée de lui-même.

Un beau livre, complètement farfelu sur certains points ( transformer un homme en oeuvre d’art c’est tout de même farfelu;) mais qui nous fait réfléchir sur le cadeau qu’est la vie et la préciosité qu’est cette dernière.

Nous n’en avons qu’une, profitons-en et ne la gâchons pas.

Bonne lecture!

Mon passage préféré:

 » J’osai alors tourner mon visage vers elle. Fût-ce de voir mes yeux, de constater par là que j’étais bien humain? Les hurlements s’ajoutèrent aux claquements. Je souris – enfin, quelque chose d’approchant car avec mes…enfin passons! Les bravos montèrent encore. Je tendis mes paumes vers eux. La réponse bondit de la foule, tonitruante. A chaque geste, l’ovation augmentait. J’avais l’impression d’actionner le bouton qui faisait délirer le public. J’étais grisé. Un signe, un rappel. Jamais de ma vie je n’avais été regardé, applaudi, acclamé. Mon Bienfaiteur vint me prendre la main pour s’associer à mes révérences. L’assistance hurlait, tempêtait, tapait des pieds. Nous saluions sans fin, tels deux danseurs-étoiles à l’issue d’un ballet.

Après un geste implorant de Zeus, le vacarme s’apaisa et la soirée reprit. Je demeurai néanmoins l’attraction. Les invités défilaient devant moi pour étudier chaque détail de mon corps. De toutes parts, les louanges affluaient. Conformément aux ordres, je ne parlais pas; en revanche, j’observais les curieux et j’écoutais leurs commentaires. »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Une réflexion sur “Lorsque j’étais une oeuvre d’art d’Eric-Emmanuel Schmitt

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s