Le sari rose de Javier Moro

Ce livre de Javier Moro vient de me faire voyager pendant plusieurs jours dans ce magnifique pays qu’est l’Inde. Un pays qui m’a toujours attiré bien que n’y étant jamais allée. Un pays aux diverses religions, aux coutumes ancestrales et à la vie politique tumultueuse.

Javier Moro nous romance la vie de Sonia Gandhi tout en s’appuyant sur des faits politiques réels.

Jeune femme italienne partie faire ses études en Angleterre, Sonia rencontre son futur mari, Rajiv Gandhi, venu lui aussi suivre des études au Royaume-Uni. Rajiv est le petit fils du très célèbre Nehru Gandhi, Premier Ministre Indien et fils d’Indira Gandhi qui suivra les traces de son père en arrivant à son tour au pouvoir.

La rencontre entre Sonia et Rajiv, de par les ascendances de ce dernier, va pour toujours changer la vie de Sonia. En l’épousant, elle fait de l’Inde son pays d’adoption et « la bru italienne » va devenir une indienne à part entière. Elle apprend l’hindi, porte le sari et vit sous le même toit que sa belle-mère comme le veut la tradition. Elle découvre la pauvreté des régions reculées de l’Inde et évolue dans une vie de politique menée par Indira Gandhi, devenue alors Premier Ministre. Rajiv et Sonia s’acharne à conserver une vie la plus normale possible, Rajiv continuant sa formation de pilote de ligne et Sonia élevant leurs enfants et s’occupant de sa belle-famille.

Ce livre est l’histoire du destin d’une italienne devenue « l’héritière de la dynastie des Gandhi ».

La politique est comme une langue étrangère pour moi, je ne me tiens pas forcément au courant des événements autant que je devrais le faire et je me rends compte depuis quelques années que mes lacunes en Histoire représentent un gouffre abyssal. Ce livre, bien que romancé sur la vie de cette italienne adoptée par l’Inde, est extrêmement bien renseigné sur l’évolution politique de l’Inde.

Il m’a été difficile de refermer ce livre, les personnages ayant vécu avec moi pendant ces longues heures de lecture. Je suis allée voir leurs photos sur internet afin de visualiser les visages de ces personnes qui ont transformé leur pays, qui se sont battus pour leurs opinions et qui sont entrés en politique, non par choix, mais par respect pour leurs pères. Une famille unie que celle des Nehru-Gandhi, envahie par la peur constante d’un attentat, dévastée par des assassinats mais qui a toujours gardé la tête haute et qui n’hésitait pas à aller embrasser les pauvres pour leur témoigner leur soutien.

Un très beau livre que je conseille à tous les amoureux de l’Inde et aux adeptes d’Histoire. J’ai énormément appris avec ce livre et la chaleur humaine qui s’en dégage m’enveloppe encore lorsque je vous écris ces quelques lignes.

Je vous livre toujours mon passage préféré à chaque fin de critique. J’ai presque envie de tout vous réécrire tellement ce livre m’a plu. Il m’a été très difficile de vous en choisir un, mais j’espère que celui-ci vous plaira.

Bonne lecture

Ce livre a été dans la cadre d’une lecture commune avec Blanche de Castille. Vous pouvez retrouver son article ici

Mon meilleur passage :

« La rêverie, douce et douloureuse à la fois, ne dure pas longtemps, mais elle est très intense, car les morts vivent dans le cœur des vivants qui les ont aimés. Quand elle rouvre les yeux, elle promène son regard sur les autres photos. Elle les a vues des millions de fois, mais aujourd’hui elle a plaisir de les détailler de nouveau, l’une après l’autre, peut-être parce qu’elles lui rappellent le sens de sa vie. Rajiv et son sourire continuent de faire tressaillir son cœur, et il en sera toujours ainsi ; Indira aussi, avec sa capacité de rire d’elle-même, de ne jamais oublier l’anniversaire ou la maladie d’un enfant malgré les soucis causées par les affaires d’Etat. Maintenant plus que jamais, Sonia est consciente d’avoir hérité de sa belle-mère la « mystique de la dynastie », et d’appliquer de son mieux tout ce qu’elle a appris à ses côtés : la patience, la ténacité, l’audace, le courage et le sens de l’à-propos… Son regard s’arrête sur une petite photo posée sur une table immortalisant Gandhi auprès de Nehru. Au cours des tristes jours qui avaient suivi la mort d’Indira, elle s’était réfugiée dans la correspondance de sa belle-mère comme si elle pouvait ainsi communiquer avec elle. Mais, sans le savoir, Sonia a aussi appris quelques vérités sur la manière de faire de la politique à cette occasion. Parmi les papiers d’Indira, elle est tombée sur un texte du mahatma adressé à Nehru : «  N’aie pas peur, aie foi dans la vérité. Prête l’oreille aux doléances de ton peuple, mais assure-toi en même temps que tu acquiers assez de stature morale pour te faire respecter. Sois démocrate, mais valorise la seule aristocratie qui importe vraiment : la noblesse de l’esprit. »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

4 réflexions sur “Le sari rose de Javier Moro

  1. Malorie/Ellcrys dit :

    J’aime beaucoup l’Inde. C’est un pays qui me fascine.
    De cet auteur, j’ai lu Passion Indienne, qui avait été une lecture merveilleuse. Le sari rose est dans ma Wish-list…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s