Eux sur la photo d’Hélène Gestern

Jusqu’à la dernière page ce livre m’a tenu en haleine. Conseillé par ma libraire, j’ai lu ce roman en seulement quelques heures et je ne suis pas déçue par la lecture.

Une photographie paraît dans un journal, une photo représentant trois personnes, deux hommes et une femme, jouant au tennis. Cette femme est le mère d’Hélène et la raison qui la conduit à publier cette photo est qu’elle n’a jamais connu sa mère. N’ayant jamais eu d’informations sur cette mère morte alors qu’elle n’avait que 3 ans et malgré ses questions incessantes à sa famille sur sa mère, Hélène n’a en sa possession que cette seule et unique photo.

Le destin va lui faire rencontrer Stephane, homme d’une quarantaine d’années qui dit reconnaître son père sur cette photo. Commence alors pour eux une chasse aux informations qui va les rapprocher de par leurs questionnements sur leurs enfances et leur entente évidente.

Hélène souffre d’une mère non connue et des non dits, Stéphane, lui, tente de comprendre le comportement d’un père glaciale et solitaire.

Fouilles dans les archives, analyses de photos, découvertes d’écrits, confidences, Hélène et Stephane tentent de mettre bout à bout un passé qui leur apprend que leurs deux parents ont eu une liaison amoureuse et que leurs familles respectives ont voulu leur cacher bien des choses.

Roman épistolaire terriblement bien écrit, j’adore le style d’Hélène Gestern qui nous offre ici son premier roman.

A la fois tendre et captivant, ce livre nous montre à quel point les secrets du passé, même cachés, sont toujours découverts d’une manière ou d’une autre.

Mon meiller passage:

 » Comme il est ironique de penser, en attendant, que la suite de nos recherches dépend des souvenirs improbables d’un homme au cerveau en partie mort et d’une vieille dame à la mémoire dévastée. Curieuse allégorie de ce présent que nous ressuscitons de ses ruines de papier, une photo après l’autre.

Amitiés. 

Hélène. » 

Publicités

7 réflexions sur “Eux sur la photo d’Hélène Gestern

  1. valou dit :

    Lu il y a quelques semaines, je l’ai trouvé « bien sans plus »…une belle écriture, mais je sentais venir le final… mais comparé à une ou deux de mes dernières lectures, il n’est pas le pire 😉

  2. agnès audibert dit :

    Je viens de découvrir cette romancière par son premier ouvrage « Eux sur la photo ». J’ai moi aussi beaucoup aimé ce livre que j’ai lu d’une traite et qui m’a tenue en haleine. Il allie parfaitement sensibilité, délicatesse et originalité sur un thème connu, belle écriture et maîtrise de l’intrigue.
    Cette phrase : « la tendresse de notre premier café partagé, dans la lumière rase de février qui faisait onduler la mer comme cristal et feuille d’or ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s