Les souvenirs de Davis Foenkinos

Les souvenirs de David Foenkinos  ( cliquez sur le titre)

Lu dans le cadre des matchs de la rentrée littéraire organisé par Price Minister.

C’est le deuxième roman de David Foenkinos que je lis et tout comme  » La délicatesse », j’ai beaucoup aimé ce roman.

Un livre qui évoque merveilleusement bien les souvenirs du narrateur concernant ses grands-parents; des souvenirs comme si c’était les nôtres ce qui rend le roman encore plus touchant.

Décès de son grand-père, accompagnement difficile de sa grand-mère en maison de retraite, fugue de cette dernière, le narrateur évoque les derniers moments d’une vie que la plupart d’entre nous connaîtront sans vouloir encore y penser ni même se l’avouer.

Déclin de l’autonomie, sentiment d’abandon et arrivée en maison de retraite, tous ces passages nous sensibilisent sur ce que peuvent ressentir les personnes âgées lors de leurs dernières années de vie.

Beaucoup de sourires aussi dans ce livre notamment lorsque le narrateur essaie de trouver les situations les plus loufoques possibles pour redonner un peu de vie et de sourire à sa grand-mère. On est touché par cette complicité et par cette attention d’un petit-fils.

On y trouve aussi en deuxième partie de livre, les débuts amoureux du narrateur avec sa future femme et sa relation avec ses propres parents, ses envies d’écriture et ses questionnements incessants sur la vie et le temps qui passe.

J’ai pensé à mes grands-parents bien évidemment en lisant ce livre et au fait que je ne pouvait maintenant  partager que des souvenirs avec ma grand-mère à cause de ses pertes de mémoires. Ce livre m’a aidé à comprendre pourquoi les souvenirs de ma grand-mère ( et de mon grand-père)  sont si importants pour elle…

Bonne lecture!

  Mon meilleur passage:

   » Au fil de mes visites, j’avais pris l’habitude de regarder les pensionnaires. De vraiment les regarder. De les considérer non pas come des figurants de la maison de retraite, mais comme des hommes et des femmes qui avaient eu des vies. Des hommes et des femmesqui avaient reçu du courrier dans leur boîte aux lettres, qui avaient eu des problèmes pour trouver une place de parking, qui avaient couru pour ne pas arriver en retard à un rendez-vous important, qui avaient eu des peines de coeur et des moments de jouissance, qui avaient été ébahis par le premier homme sur la Lune, qui avaient arrêter de fumer par peur de mourir trop tôt, qui s’étaient brouillés puis réconciliés avec des amis, qui avaient perdu leurs bagages lors d’un voyage en Italie, qui avaient attendu avec  une grande impatience d’être majeurs, et ainsi de suite pour arriver à aujourd’hui. Je ne pensais qu’à une chose: ils avaient eu mon âge un jour. Et un jour, j’aurais leur âge. Ici, je marchais à travers qui je serais. « 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s